pour son roman La neige noire paru chez Albin Michel - traduit par Marina Boraso

Paul Lynch - La neige noire
Paul Lynch - La neige noire © Albin Michel / Paul Lynch

Le soir tombe sur un coin de campagne irlandaise. La lumière blonde de la fin d’automne enveloppe les choses et les gens de douceur. Deux hommes et une jument rentrent des champs en savourant d’avance le retour au foyer où une femme les attend qui s’affaire dans la cuisine, odeur de tourbe, fumet du ragoût en train de cuire. Il va bientôt falloir allumer les lampes.

Et, soudain, tout bascule dans l’horreur. L’étable où les vaches ont été rentrées pour l’hiver est en feu.

Lorsque la nuit sera complète, la vie de Barnabas Kane, celle de sa femme Eskra et de son fils Billy, un adolescent solitaire, aura définitivement changé. Revenus depuis quelques années d’Amérique où ils se sont connus, Barnabas et Eskra ont choisi de faire des terres familiales laissées à l’abandon, une exploitation prospère.

Mais dans ce coin reculé du sauvage Donegal, les gens voient d’un mauvais œil ces nouveaux venus qui ne respectent pas les usages, la lenteur et les superstitions d’une terre qui, en 1945, vit toujours comme au début du XIXème siècle.

Alors, incendie criminel ou accidentel ?

Pour Barnabas, pas question de se laisser faire. Mais que peut son obstination désespérée contre la conjuration de la nature et des hommes dont il est victime ?

Originaire du Donegal, Paul Lynch , écrivain et critique de cinéma à Dublin, ne cesse de revisiter les paysages de son enfance et leurs légendes sauvages. Il était venu, l'an dernier, nous parler de son premier romanUn ciel rouge, le matin qui se situait vers la fin du XIXème siècle et dont le héros, petit paysan fuyant la vengeance d’un grand propriétaire, se retrouvait dans les bas fonds d’une Amérique en plein essor industriel.

Son deuxième livre La neige noire , traduit par Marina Boraso, sorti à la rentrée chez Albin Michel, est un récit poétique, hypnotique et féroce qui nous ramène en Irlande, en 1945, sur les pas d’un jeune irlandais qui, après avoir gagné sa vie dans l’édification des premiers gratte-ciels newyorkais, revient dans son Donegal natal pour faire fructifier les terres de sa famille. Mais, pour ceux qui n’ont jamais quitté leur pré carré, Barnabas est devenu un étranger. Et les étrangers, personne ne les aime.

Paul Lynch est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde . Xavier Combe sera notre interprète.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.