"Les exaspérés sont ainsi, ils jaillissent un beau jour de la tête des peuples comme les fantômes sortent des murs" Éric Vuillard

L'écrivain, cinéaste et scénariste, Éric Vuillard, à l'occasion de la présentation de l'édition espagnole de son roman '14 Julliet ', à Barcelone, le 19 février 2019.
L'écrivain, cinéaste et scénariste, Éric Vuillard, à l'occasion de la présentation de l'édition espagnole de son roman '14 Julliet ', à Barcelone, le 19 février 2019. © Maxppp / Marta Perez/EPA/Newscom

En 1524 et 1525, dans le Saint-Empire Romain Germanique, une grande peur agite les puissants. Terrés dans leurs châteaux, nobles et princes de l’Église se voient reprocher l’opulence dans laquelle ils vivent quand le peuple crève de misère. À l’écoute de prédicateurs prêchant la Réforme et le retour à l’esprit des Évangiles, les pauvres réalisent alors que Dieu, réputé pourtant être de leur côté, semble avoir été accaparé par les riches pour justifier servage, impôts et injustices. À leur tête, un diable d’homme, Thomas Muntzer, qui, ayant lu Luther, et d’autres théologiens réformateurs, décide de mettre leurs propositions en application. Et même un peu plus.

Depuis dix ans, Éric Vuillard nous offre des livres qui nous ouvrent les yeux sur les moments de l’Histoire où l’ordre réputé immuable du monde se déglingue. Déchirant d’une plume alerte et poétique, les voiles pudiques jetés par les vainqueurs sur leurs crimes, leurs mensonges, leurs trahisons, il met en lumière la résurgence, après chaque défaite, du long et terrible combat des humbles pour une société plus juste. Il publie aujourd’hui chez Actes Sud, La Guerre des Pauvres, récit bref et cinglant sur cette révolte des gens de peu, écrasée, comme il se doit, dans le sang et au nom de Dieu. Un petit livre essentiel qui se lit à la lumière de notre actualité sociale.

Écouter la précédente Humeur Vagabonde avec Éric Vuillard 

La programmation musicale 

Leyla McCalla :The Capitalist Blues

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.