La merveilleuse langue de Marie Ndiaye sinueuse, inventive, complexe et subtile , nous entraine sous la surface des mots et nous donne à percevoir une autre réalité que celle , apparemment banale , qui est décrite .

La romancière Marie Ndiaye auteure de "La Vengeance m'appartient"  (Gallimard).
La romancière Marie Ndiaye auteure de "La Vengeance m'appartient" (Gallimard). © AFP / IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS

Maitre Suzanne a quitté un cabinet d'avocats prospère à Bordeaux pour s'établir à son compte à une adresse prestigieuse. Mais les clients ne se bousculent pas. Alors elle ment à ses parents , qui , d'origine modeste, ont toujours eu de grandes ambitions pour elle. Mais un jour une affaire importante lui est proposée: celle d'une femme qui a tué ses trois jeunes enfants. C'est  le mari éploré qui la sollicite , un  homme en qui elle est certaine de reconnaitre l'adolescent qui , lorsqu'elle avait 10 ans a changé sa vie lors d'une journée dont elle garde un souvenir flou , à la fois enchanté et vaguement terrifiant. Avec cette rencontre , et alors même que cet homme ne semble pas la reconnaitre , la vie apparemment ordonné de Maitre Suzanne va être violemment bouleversée

"La vengeance m'appartient" dernier roman de Marie Ndiaye paru chez Galimard, nous agrippe dés les premières lignes et ne cesse de nous chambouler sans que nous ne parvenions à nommer clairement les émotions qu'il fait naitre en nous. Car, comme chez Kafka à qui l'on ne cesse de penser, il y a des histoires secrètes qui affleurent sous l'histoire qui nous est racontée ici . La merveilleuse langue de Marie Ndiaye sinueuse, inventive, complexe et subtile , nous entraine sous la surface des mots  et nous donne à percevoir une autre réalité que celle , apparemment banale , qui est décrite .

Son personnage, cette maitre Suzanne qui s'exprime ici à la première personne , sent, devine, croit voir et sentir des choses affreuses derrière l'apparente normalité des situations qu'elle traverse. Et, à la fin, le mystère demeure, comme dans nos vie 

Marie Ndiaye etait venue dans L'Humeur vagabonde pour sons précédent livre, Cheffe, l'émission est à réécouter ICI 

Lectures: 

Yaël Elhadad

La programmation musicale :

DAVID BOWIE "Mother"

Les invités
L'équipe
Contact