Jean-Hugues Berrou, Jean-Jacques Lefrère et Pierre Leroy Rimbaud à Aden Quand Rimbaud toucha à Aden, un jour d'août 1880, il avait 26 ans. Cette ville coloniale et brûlante de ce qu'on appelait alors l'Arabe, esquissée au fond du cratère d'un volcan éteint, allait devenir son port d'attache pour les onze années suivantes, presque le dernier tiers de sa vie, jusqu'aux mois précédant sa mort en 1891. La mise à jour récente d'une collection de photographies d'époque montrant les lieux d'Aden que l'"ancien poète" a fréquentés, et sur l'une desquelles il apparaît lui-même, a été un appel et un guide pour retourner sur ses traces. Photos anciennes et photos d'aujourd'hui se confrontent ou se complètent, permettant au voyage "géographique" de nous procurer aussi une émouvante mesure du travail d'effacement ou de transformation opéré par le temps. Photographies de Jean-Hugues Berrou Rimbaud au Harar Histoire Envoyant à sa famille quelques photographies le représentant ou montrant des décors de sa vie quotidienne en Abyssinie, Rimbaud les commentait de cette manière dans une lettre du 6 mai 1883 : “Ceci est seulement pour rappeler ma figure et vous donner une idée des paysages d'ici.” Après l'album Rimbaud à Aden, paru en 2001, Rimbaud au Harar est un voyage accompli en Ethiopie sur les traces de celui qui voulait se faire oublier comme poète. Après avoir mis au jour plusieurs photographies d'époque, il ne restait plus aux auteurs qu'à se rendre sur place pour soumettre ces images à l'épreuve du temps. Un très bel album de photographies anciennes et contemporaines sur l'Afrique de Rimbaud, le déserteur de la poésie reconverti dans le trafic d'armes, qui séjourna onze années sur ce continent alors dangereux et peu exploré. Rimbaud ailleurs Histoire Rimbaud à Aden, Rimbaud au Harar et, finalement, Rimbaud ailleurs. Ce dernier album vient conclure trois années de travail qui ont réuni un photographe, un collectionneur et un biographe. Si les deux premiers volets suivaient les traces de l’ancien poète dans ses deux pays d’exil, l’Arabie et l’Abyssinie, le présent album est un nouveau voyage qui montre Rimbaud ailleurs. Ailleurs, c’est-à-dire dans les capitales d’Europe — Paris, Londres, Bruxelles — où son perpétuel besoin d’être autre part conduisit Rimbaud. Des capitales, des villes et des villages — Douai, Charleroi, Fumay, Vireux, Givet — traversés par le jeune poète durant ses fugues, des cités mais aussi des îles (Java, Chypre)et même des montagnes (le Troodos, le Saint-Gothard), avec toujours ce retour dans la Charleville natale, cette Charlestown qu’un lien maternel relia définitivement à “l’homme aux semelles de vent”. Sans oublier ce hameau ardennais de Roche que rien ne prédestinait à ce qu’y soit composé un des chefs d’œuvres de la littérature : . Ce Rimbaud ailleurs respecte le principe des deux albums : chaque chapitre, qui s’ouvre sur une notice rappelant les principaux éléments du séjour de Rimbaud dans le lieu, mêle les documents d’époque et des photographies contemporaines, et est agrémenté de quelques portraits de personnes pour lesquelles le nom de Rimbaud a résonné d’une force toute particulière. Ces images aideront peut-être le lecteur à comprendre ce que Rimbaud avait laissé derrière lui en partant. Et que cet album soit compris avant tout comme une invitation à revenir à l’œuvre d’Arthur Rimbaud.

1

invité(s)

Jean Hugues Berrou

photographe### Pierre Leroy

collectionneur

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.