Marianne Alphant est ce soir l'invitée de l'Humeur Vagabonde pour "Ces choses-là", paru le 7 février 2013 aux éditions P.O.L

"Ces choses-là"
"Ces choses-là" © Editions P.O.L.

Ouvert dans l’espoir enivrant du progrès alors qu’un nouveau monde s’offrait à l’ancien, poursuivi dans la certitude qu’avec la fin de l’oppression le bonheur était à portée de main en Europe, achevé dans les fosses communes de la Terreur et le désenchantement du retour des nantis, le XVIIIè siècle n’en finit pas de hanter nos mémoires. Dorures et falbalas, rigueur de la pensée et volupté de la musique, cruautés inouïes et douceurs d’un raffinement extrême, ce siècle aura conjugué tous les contraires dans une sorte d’ivresse sensuelle qui nous sidère encore. Comment penser à la fois Watteau et Marat, Casanova et le père Duchesne, le Hameau de la reine et le cachot du Temple ?

Un livre nous y invite, un livre qu’il faut respirer en le lisant, dont s’échappe un parfum poudré qui serre le cœur, celui qui flotte encore dans les malles retrouvées au grenier. Marianne Alphant publie chez P.O.L. « Ces choses-là », catalogue apparemment désordonné et rêveur, mais parfaitement construit, de tous ces mille et uns détails qui lui reviennent en mémoire lorsqu’elle se promène en songe dans son siècle de prédilection. Couleur des étoffes, gazouillis des favorites, nuances du ciel dans un tableau de Chardin, liste des jouets du petit Louis XVII, rayures de la redingote de Robespierre, gâteaux au citron réclamés par Sade dans sa prison, tant et tant de détails, délaissés par Madame l’Histoire, qui réprimande la vagabonde qui s’attarde.

Le résumé du livre

L'auteur fait revivre le siècle des Lumières, un siècle marqué par les fêtes galantes, le libertinage et une certaine frivolité. C'est aussi une période beaucoup plus sombre, une histoire avec laquelle la narratrice va devoir composer.### Le reportage de Judith Soussan

"Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle"
"Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle" © Editions Bayard

Rencontre avec une « Madame l’Histoire » un peu particulière en la personne d’Arlette Farge , spécialiste du 18ème siècle et en particulier des milieux populaires. Elle est l'auteure, notamment, d'un joli Essai pour une histoire des voix au 18ème siècle (Bayard, 2011): alors je lui ai demandé d'apporter sa pierre au tableau brossé par Marianne Alphant, de nous faire entrer dans un petit univers sonore en nous racontant des bruits, des sons et des voix.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.