de JEAN-LUC LAGARCE mise en scène : JEAN-PIERRE VINCENT dramaturgie : Bernard Chartreux décor : Jean-Paul Chambas costumes : Patrice Cauchetier lumière : Alain Poisson son : Philippe Cachia maquillage : Catherine Bloquère avec Hélène Alexandridis, Anne Benoit, Patrick Catalifo, Gilles David, Caroline Piette, Gérard Watkins production : Studio Libre, Odéon-Théâtre de l´Europe avec la participation artistique du Jeune Théâtre National En tournée au Théâtre National de Strasbourg du 24 mars au 7 avril 2004. Jean-Pierre Vincent, au long d´une carrière exemplaire, s´est toujours battu pour l´écriture contemporaine, montant Deutsch et Chartreux au Théâtre National de Strasbourg, Audureau à la Comédie-Française, Fatima Gallaire, Bond et Novarina à Nanterre, entre autres, et pour ne citer que les théâtres qu´il a dirigés. Aujourd´hui à la tête de sa propre compagnie, il reste fidèle à lui-même. Après la belle réussite symphonique à 17 personnages que furent Les Prétendants de Jean-Luc Lagarce au Théâtre National de la Colline, Vincent a choisi de s´intéresser à une pièce qui tient plutôt de la musique de chambre : Derniers remords avant l´oubli. Lagarce a eu très tôt le sentiment, tantôt comique tantôt funèbre, mais toujours discrètement mis en oeuvre, de la vitesse de notre passage dans la vie, et du rêve que cette vitesse laisse dans son sillage. Derniers remords avant l´oubli est à cet égard l´une des pièces les plus proches du coeur testamentaire de son écriture. Pierre, Paul et Hélène se sont aimés autrefois, puis séparés. Jadis, ils vécurent ensemble dans la même maison, qu´ils achetèrent en un temps et à un âge où la propriété n´était à leurs yeux qu´une convention bourgeoise commode. Près de vingt ans plus tard, ils vont tenter de faire la part des choses : trouver les mots pour se dire ce qui n´a pu se formuler jusque-là, mais aussi répartir une fois pour toutes ce qui doit revenir à chacun. En présence des tiers qui depuis lors les accompagnent (une épouse, un époux, une fille de 17 ans sur la paternité de qui plane un doute inavoué), il s´agit donc d´opérer un partage : en première approximation, de vendre le bien resté en indivision ; plus profondément, de parvenir à débrouiller enfin l´écheveau de leurs existences. Mais au fond, savent-ils eux-mêmes pourquoi ils tentent, ce dimanche-là, de se revoir ? D´ailleurs, au nom de quoi, de quel apaisement, le trésor peut-être illusoire du passé partagé – celui des biens, des coeurs ou des rêves – se laisserait-il liquider ? Lagarce ne dicte aucune réconciliation. En écrivain, il se borne à pointer les mots qui coupent le fil trop sûr des phrases. En dramaturge, il orchestre le heurt de paroles singulières qui se contestent ou s´ironisent l´une l´autre. En poète, il sait quitter ses personnages avec respect, au moment juste : “avant l´oubli”.

1rencontre avec les comédiens du spectacle : Anne Benoît, Gilles David, Patrick Catalifo.

invité(s)

Jean-Pierre Vincent

metteur en scène### programmation musicale

Lhasa

la marée haute ### Ben Harper

Brown eyed blues ### The Pretenders

Brass in pocket ### Alain Chamfort

Clara veut la lune

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.