Pour "Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous!" aux éditions André Versaille « Accusés Baudelaire, Flaubert, levez vous ! » André Versaille éditeur « Maître de soi » Fayard « Familles, je vous hais ! » Hoëbeke Du côté des protecteurs de l’innocence enfantine menacée par les pornocrates, l’avocat Jean-Marc Varaut, qui défendra quelques années plus tard Maurice Papon. Du côté des corrupteurs, de ceux qui portent atteinte aux bonnes mœurs, l’éditrice Régine Desforges, également écrivain, qui sera poursuivie maintes fois pour avoir publié des textes jugés contraires à la morale publique. C’était en 1973, dans un débat organisé par France Culture. Cela aurait pu se passer au XIXè siècle ; ou hier soir. Car cette confrontation entre tenants de la censure, toujours pour la bonne cause, et partisans de la liberté totale en matière de création littéraire ou artistique, est aussi vieille que les premières lois humaines et ne semble pas près de s’achever. Mais, depuis que Charles Pasqua est à la retraite, l’Etat ne semble plus guère enclin à poursuivre les artistes dégénérés, laissant dorénavant ce soin aux innombrables ligues de vertu, associations religieuses et communautaristes qui se sentent outragées dès que l’ombre d’un sacrilège envers leurs idées, leur histoire, leurs traditions se profile au détour d’un livre ou d’un film. Au XIXè siècle, au moins, les autorités veillaient encore au grain. Ainsi, l’année 1857 permit à un certain Ernest Pinard, procureur de Napoléon le Petit, de passer à la postérité en traînant en justice Flaubert, Baudelaire et Eugène Sue en l’espace de quelques mois. Emmanuel Pierrat, avocat spécialisé dans les affaires de liberté d’expression, de droit d’auteur et de propriété intellectuelle, y a consacré un livre, qui vient de paraître chez André Versaille éditeur.

Reportage Vinciane Haudebourg : Sur les traces d'Emma Bovary à Rouen, ville de Gustave Flaubert. Rencontre avec Elizabeth Brunet, une libraire qui a publié l'exemplaire du roman où Flaubert a souligné et annoté les passages censurés. Yvan Leclerc, qui a mené la transcription sur Internet des textes originaux de Madame Bovary. Sophie Carrité, comédienne qui anime des ateliers gueuloirs. Fin de la promenade au lycée Gustave Flaubert pour entendre ce qu'il reste d'Emma Bovary dans l'esprit des jeunes lycéens.

programmation musicale

Benjamin Biolay

Lyon presqu'île ### Massive Attack

Paradise circus ### liens

André Versaille éditeur

Transcription du roman Madame Bovary

Exposition sur la jeunesse de G.Flaubert à Rouen

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.