pour le documentaire Le siège,Sarajevo- 1992/1995 à revoir sur Arte+7 /replay (déjà diffusé le 22 mars)

Siège de Sarajevo
Siège de Sarajevo © Gary Knight / Gary Knight

Un jour d’avril 1992, un an après la séparation des entités qui formaient l’ex Yougoslavie, la ville de Sarajevo s’est réveillée encerclée par l’armée des Serbes de Bosnie.

Sarajevo, une ville européenne de 350 000 habitants, où vivaient jusque là en harmonie, depuis des millénaires, Serbes, Croates, Bosniaques, faisant coexister toutes les cultures et toutes les religions.

Une ville prise au piège, dans laquelle personne, ni les enfants, ni les vieillards, ni les amoureux, n’était à l’abri des snipers ou des obus qui tombaient indifféremment sur les hôpitaux, les écoles, les marchés.

Le général Mladic, qui a décidé de cette punition collective, a donné comme instruction aux forces serbes, de « rendre fous » ces gens qui osent pratiquer le vivre ensemble alors que les temps sont dorénavant au clivage ethnique.

Le siège de Sarajevo va durer quatre longues années et faire 11 541 morts ainsi que des milliers de blessés et de mutilés, avant que les Européens n’agissent enfin pour desserrer l’étau, en quelques frappes aériennes.

Il y a un peu plus de vingt ans, c’était hier, et l’Europe, les Nations Unies, l’Otan demeuraient inertes, frileux, honteux, devant l’horreur qui réapparaissait à quelques kms de chez nous.

Tandis que les hommes de Mladic et de Milosevic se rendaient coupables de crimes contre l’humanité en Bosnie, les habitants de Sarajevo donnaient au monde une leçon de courage et de dignité.

Rémy Ourdan , alors jeune journaliste, correspondant de RTL dans la région, choisit alors de demeurer dans la ville et de rendre compte, jour après jour, de la vie de ses habitants qui, malgré le manque de nourriture, d’électricité, d’eau, malgré la mort et le découragement, s’efforçaient de maintenir ce qui, partout, fait le prix de la vie : l’amitié, l’amour, le partage, le théâtre, les concerts, la danse.

Resté proche de cette ville qui est, dit-il, comme sa deuxième maison, Rémy Ourdan a voulu recueillir les souvenirs de ces temps où la simple humanité a su résister à la barbarie.

Il en a tiré un film formidable, tissé autour des voix d’une vingtaine d’habitants de Sarajevo, intitulé Le Siège , qui a été diffusé mardi 22 mars sur Arte, mais que vous pouvez voir ou revoir sur Arte+7

Et, ce soir, Rémy Ourdan est l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Journaliste au Monde

http://www.lemonde.fr/journaliste/remy-ourdan/

Le bar 61

http://www.streetpress.com/sujet/1431359920-bar-le-61-canal-reporters-de-guerre

Président Warm Foundation

http://www.warmfoundation.org/member/remy-ourdan

Le reportage de Vinciane Laumonier

Rencontre avec Patrick Chauvel, photographe reporter de guerre qui a participé à la réalisation du film

Enfants de la guerre - Sarajevo
Enfants de la guerre - Sarajevo © Patrick Chauvel / Patrick Chauvel

Ses photos témoignent de la tension permanente et de la dureté du quotidien pour les habitants assiégés, mais aussi de la résistance solidaire dont ils ont fait preuve.

Il ne cherche pas à faire des photos artistiques, mais plutôt à résumer le conflit dans un cadre choisi, avec toujours l'idée que celui qui regarde la photo se dise qu'il aurait pu la prendre.

Une image pour rapprocher les 2 pôles et rappeler la fragilité de la paix.

http://www.fonds-patrickchauvel.com/

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.