photo_reportage
photo_reportage © Radio France
Réalisateur avec Jacques Perrin de « l’Empire du Milieu du Sud », sortie en salles aujourd’hui. Sous le Second Empire les industriels et les commerçants français ont désespérément besoin de matières premières pour faire tourner leurs usines, et de débouchés pour vendre leurs produits. Par ailleurs la jeunesse est avide d’inconnu, l’Eglise cherche à étendre son influence, l’armée piaffe dans l’attente de victoires qui redoreraient son blason et notre vielle ennemie l’Angleterre se taille d’enviables empires outre-mer. La recette, millénaire, est celle de la conquête coloniale. L’Afrique et l’Asie ne vont pas tarder à faire connaissance avec la civilisation française…. Dix ans de recherches sur tous les continents, visionnage et numérisation de milliers d’heures de films, patiente reconstitution de séquences tronquées, Jacques Perrin et Eric Deroo se sont associés pour construire un film étonnant comme on rebâtit une cathédrale bombardée. « L’Empire du Milieu du Sud » est sorti aujourd’hui en salles et ces 86 minutes ne devraient laisser personne indifférent. Beauté inouïe des images d’un pays qui envoute à jamais ceux qui y sont passés, aveuglement des envahisseurs qui s’imaginent civilisateurs ou défenseurs de la liberté à coup de bombes, visages hagards de ces jeunes soldats des deux camps, l’histoire terrible de ce pays martyrisé par un siècle de guerre est racontée avec les mots des écrivains et des poètes. Coréalisateur du film, Eric Deroo est ce soir l’invité de l’Humeur Vagabonde. ### **reportage** Judith Soussan : Jeune médecin engagée du côté viet-cong, DANG Thuy Trâm tint un journal intime de 1968 à sa mort, en 1970. Il y a quelques années, l'officier américain qui avait récupéré et conservé ces carnets les a remis à la famille de DANG Thuy Trâm : ils furent publiés en 2005 à Hanoï. Les autorités, soucieuses de raviver l’esprit héroïque et de sacrifice d’une société en manque d’idéal, médiatisèrent à outrance cette publication et érigèrent DANG Thuy Trâm en héroïne nationale. Avec DOAN Cam-Thi, par-delà cette image lisse, héroïsée, c'est celle d'une jeune femme ambiguë, attachante, que nous avons évoquée.DOAN Cam-Thi est maître de conférences à l’Institut national de langues et civilisations orientales (Inalco ; http://www.inalco.fr/). Elle est notamment l’auteur d'"Écrire le Vietnam contemporain. Guerre, corps, littérature" (Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2010) et a traduit en vietnamien "La Douleur" de Marguerite Duras (Hanoi, Les Éditions des Femmes, 1999).Le journal de DANG Thuy Trâm a été publié sous le titre Les Carnets retrouvés (1968-1970) aux éditions Philippe Picquier, 2010. ### **oeuvre(s)** - _Les carnets retrouvés_ De Dang Thuy Trâm
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.