Pour deux pièces: La Ville ,mise en scène de Rémy Barchéau Théâtre de la Collinedu 27 novembre au 20 décembre, puis à Toulouse en janvier, etDans la république du bonheur mise en scène de Martial di Fonzo Bo et Elise Vigier au Théâtre national de Chaillotdu 21 au 30 novembre.

Martin Crimp, dramaturge britannique
Martin Crimp, dramaturge britannique © Thâtre de Chaillot / Martin Crimp

Clair est traductrice et son mari, Christopher, informaticien dans une société qui connaît quelques difficultés. Ils ont deux enfants et une jolie maison avec un jardin. Banalité tranquille d’une vie apparemment heureuse.

Mais Clair y étouffe et rêve de s’échapper des mots des autres pour trouver les siens propres.

Sa rencontre avec un écrivain persécuté dans son pays semble l’accaparer alors que Christopher, qui a été licencié, végète et déprime à la maison. Le couple ne parvient plus à se parler, la peur et la haine contaminent toute la famille, la violence affleure.

La Ville , écrite par le dramaturge britanniqueMartin Crimp en 2007, et traduite comme ses autres pièces par Philippe Djian, revient dans une mise en scène de Rémy Barché au théâtre de La Colline à Paris jusqu’au 20 décembre, puis sera à Toulouse en janvier.

Au même moment, au théâtre national de Chaillot, Martial di Fonzo Bo et Elise Vigier ont mis en scène la toute dernière pièce de l’auteur britannique, Dans la République du Bonheur, avec la troupe des Lucioles.

AutantLa Ville se présente en apparence comme une pièce classique, avec quatre personnages ayant un nom et dans une continuité narrative, même si celle-ci est dynamitée par l’étrangeté des propos et des situations, autant cette nouvelle pièce dérange nos habitudes de spectateur.

Conçue en trois parties totalement différentes, intégrant musique et chansons, Dans la République du Bonheur apparaît comme une déconstruction provocante du théâtre traditionnel et nous propose une satire impitoyable de notre société, de nos tics de langage, de nos peurs actuelles et de la politique sécuritaire menée par nos gouvernants. Des acteurs survoltés, de la cruauté, du rire grinçant, une pièce qui bouscule sérieusement.

Martin Crimp, orfèvre de la langue et auteur en colère est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde . Xavier Combe sera notre interprète.

photo "La ville" - Théâtre de la Colline
photo "La ville" - Théâtre de la Colline © Elisabeth Carecchio / Elisabeth Carecchio

http://www.colline.fr/fr/spectacle/la-ville

photo "Dans la république du bonheur" à Chaillot
photo "Dans la république du bonheur" à Chaillot © Christophe Raynaud de Lage / Christophe Raynaud de Lage

http://theatre-chaillot.fr/theatre/marcial-di-fonzo-bo/dans-la-republique-du-bonhe ur

Le reportage de Perrine Malinge

Après des cycles de spectacles consacrés à Copi ou à Rafael Spregelburd, autre auteur argentin, Elise Vigier et Marcial di Fonzo Bo entament un nouveau cycle avec Martin Crimp.

Ils sont les tous premiers à mettre en scène, en France, sa dernière pièce, Dans la République du bonheur .

Plusieurs générations de comédiens sont sur le plateau : les membres habituels , Pierre Maillet et Frédérique Loliée, cofondateurs avec eux de la Compagnie des Lucioles . Des acteurs plus âgés, Claude Degliame et Jean-François Perrier, trois toutes jeunes actrices, des musiciens aussi.

La pièce explose à la fin de la première partie avec l’arrivée d’Oncle Bob et de sa femme Madeleine…. au cours du dîner de Noël.

Madeleine, très étrange créature, fait irruption en tenue décontractée… se dirige vers les toilettes et en revient vêtue d’une incroyable robe bleue...

La pièce a été créée en juin dernier à Lyon, avant de s’installer au Théâtre National de Chaillot, en faisant escale d'abord à Saint-Quentin en Yvelines. L'occasion de voir la fameuse robe bleue... et de déambuler parmi l’équipe…

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.