vv
vv © Radio France

Pour sa mise en scène de « Deux Labiche de moins » d’après « Le mystère de la rue Rousselet » et « un mouton à l’entresol » dans le cadre de Paroles d’Acteurs au Festival d’Automne à Paris, théâtre de l’Aquarium jusqu’au 27 octobre

Labiche, plus grand auteur comique ? Il faut que ce soit dit par Philippe Soupault pour que l’on aille y voir de plus près, tant il est vrai qu’on nous a élevé dans une certaine condescendance vis-à-vis de ce théâtre de vaudeville, si connoté farce petite-bourgeoise. Première surprise :ça se laisse lire, c’est rapide, intelligent, méchant juste ce qu’il faut et plutôt bien troussé.

Deuxième surprise : contrairement à ce que dit Soupault, il faut le voir joué pour l’apprécier vraiment et, surtout, accepter de le regarder avec une âme d’enfant. Rire du geste, du mot, du quiproquo, sans la moindre arrière pensée analytique. Pas si simple lorsque les metteurs en scène, rares, qui montent Labiche, semblent se justifier en invoquant sa critique féroce de la société de son époque…

Nicolas Bouchaud , lorsqu’il est en scène, c’est simple, on ne voit que lui. Il a une manière d’être, de dire, d’irradier le théâtre qui l’a très vite placé à part dans nos affinités scéniques. Il faut dire aussi qu’il n’a pas mauvais goût dans ses choix de compagnons de théâtre.

Aujourd’hui il a accepté de mettre en scène neuf jeunes comédiens parrainés par l’Adami dans le cadre de Paroles d’Acteurs que le Festival d’Automne à Paris a mis en place depuis 2006. Au théâtre de l’Aquarium à Vincennes, jusqu’au 27 octobre –dépêchez vous- et à partir de deux pièces en un acte de Labiche, « le mystère de la rue Rousselet » et « un Mouton à l’entresol », Nicolas Bouchaud a imaginé un spectacle étonnant de fraîcheur et de folie.

Le reportage de Perrine Malinge :

Et promenade dans les répétitions du spectacles... Dès le début du travail pour ce spectacle, Nicolas Bouchaud a fait appel à Lucie Valon , clown clown de théâtre

Depuis qu'elle a "rencontré" le travail du clown à l'école du Théâtre National de Strasbourg, elle creuse ce sillon du clown. Elle crée des "solos clownesques". Après "Dans le Rouge", et "Blank", elle présentera "Paradis - impressions" du 21 novembre au 2 décembre à l'Atelier de Paris, à La Cartoucherie.

Avec Nicolas Bouchaud, ils ont inventé une méthode de travail avec les neuf jeunes acteurs, sur ces textes de Labiche. Comment le travail de clown peut il aider à jouer ces textes ? Présente à toutes les répétitions, elle mène avec eux un travail spécifique de clown, assiste et participe aux répétitions des textes.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.