Pour « Printemps Barbare » traduit par Pierre Furlan aux éditions Belfond

Hector Tobar
Hector Tobar © Larry D. Moore ©Wikimédia commons

Alors qu’elle s’était rêvée artiste à Mexico, Araceli est désormais domestique sans papiers chez les Torres-Thompson, jeune couple hier encore fortuné, installé dans une luxueuse villa en bordure du Pacifique dans une banlieue résidentielle du comté d’Orange près de Los Angeles. La crise a grignoté les placements financiers du chef de famille et son épouse enrage d’avoir dû se priver de son jardinier et de sa cuisinière. Araceli est désormais seule en charge de cette famille qu’elle voit avec perplexité se déliter sans qu’elle comprenne pourquoi. Au lendemain d’une dispute violente, la maîtresse de maison s’en va sans dire où et en oubliant son portable, tandis que son époux, ulcéré, décide de s’offrir un long week end de célibataire. Araceli se retrouve seule avec les deux petits garçons, sans savoir quoi faire.

De cette insignifiante affaire domestique, Hector Tobar a tiré un fantastique roman sur l’Amérique d’aujourd’hui, gangrenée par la peur des autres et la solitude urbaine, obsédée par la poursuite d’un rêve de réussite en train de s’effondrer. Partie avec les deux enfants à la recherche de leur grand-père supposé habiter Los Angeles, Araceli devient la kidnappeuse mexicaine traquée en direct à la télé par les forces de police et poursuivie par un procureur désireux de devenir célèbre. Hector Tobar, journaliste d’origine guatémaltèque, couronné en 1992 par le prix Pulitzer pour ses articles sur les émeutes de Los Angeles, vient de réussir magistralement son entrée dans le club fermé des grands romanciers américains avec « Printemps Barbare » traduit par Pierre Furlan et tout juste paru chez Belfond.

Interprète : Claudine Rimattei.

Le reportage de Vinciane Haudebourg :

Monte Laster est un artiste plasticien américain , originaire du Texas qui est venu s'installer il ya plus de 10 ans à la Courneuve.Au milieu de la cité des 4000, il habite un moulin, le moulin Fayvon, au pied des tours, caché sous de grands arbres. C'est un lieu improbable sorti des livres d'histoire quand au 12 eme siecle la cité plantée sur un marécage etait le potager de Paris. Lui a décidé de le faire revivre, il en a fait sa maison et un lieu d’expression artistique.Monte laster travaille avec les habitants de la Courneuve , il anime des ateliers avec les enfants, monte des projets avec des rappeurs locaux qu'il met en lien avec des artistes du texas. Il fait se rencontrer les gens par le biais de l'art contemporain, convaincu que chaque lieu comme chaque individu renferme une part de beauté.

Les liens

Monte Laster

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.