pour son roman Autour du monde paru aux éditions de Minuit

Laurent Mauvignier-Autour du monde
Laurent Mauvignier-Autour du monde © De Minuit

Guillermo, qui vient du Mexique, est au Japon où il se balade seul depuis trois semaines. Depuis qu’il a rencontré cette drôle de fille, Yûko, il se dit qu’il pourrait peut-être bien y rester.

Mais, c’est le 11 mars 2011 et ils sont tous les deux partis vers le nord de l’archipel, dont elle vient.

Page 39 Guillermo est mort, Yûko a survécu, et nous sommes sur le paquebot OdysseA voguant en Mer du Nord sur lequel Frantz, un comptable allemand, aigri et alcoolisé, a embarqué après avoir remporté un concours.

Plus loin il y aura deux hommes vivant une nuit de passion à Moscou, des touristes friqués s’offrant un safari en Tanzanie, un couple d’espagnols abordés par des pirates dans le golfe d’Aden, une femme d’expatrié à Dubaï s’ennuyant au bord d’une piscine, un vieil italien rêvant de jackpot dans un casino slovène….

Quatorze histoires, 14 voyages, qui nous font entendre des voix singulières saisies en ce 11 mars, alors que la planète découvre l’ampleur effroyable du tsunami qui vient de s’abattre sur le Japon.

Rumeur du monde et récits intimes se juxtaposent, s’entremêlent, se répondent dans le dernier roman deLaurent Mauvignier, tout juste paru aux éditions de Minuit, intitulé Autour du Monde .

Bâti comme le célèbre film de Robert Altman, Short Cuts, lui-même tiré du livre de nouvelles de Raymond Carver, ce livre s’écoute autant qu’il se lit, comme s’il en émanait cette rumeur incessante qui nous environne désormais, bande son sursaturée des infos en continu, gémissements d’angoisse et de compassion provoqués, au même moment, en toutes les langues, partout « autour du monde ».

Sur cette trame anxiogène s’inscrivent et disparaissent nos petits drames intimes, nos extases dérisoires et nos disputes absurdes.

Laurent Mauvignier sait comme personne nous raconter notre temps, ses gouffres de violence et de solitudes, comme ses ilôts de fraternité et de beauté qu’il ne faut pas désespérer de parvenir à préserver. L’écriture sert à ça, aussi.

Laurent Mauvignier est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde .

Le reportage d' Elsa Daynac

Passagers passagères de cette terre roulante, Allons à la rencontre de Jean-Pierre Favreau , passager photographe qui a capturé des « instants d’oublis » par-delà le monde. Sur sa route, il a croisé Laurent Mauvignier. Ils se sont assis ensemble dans le grand terrain vague du monde, pour regarder les passagers passer.... P28 : ça passera, ça passe toujours, il faut bien que ça passe, il le faut, il faudra, il faudrait... Tout passe, Alors, Asseyons-nous dans la ville, Fixes au milieu du mouvement, Et écoutons ce que Jean-Pierre Favreau nous donne à regarder.

Jean-Pierre Favreau-Passagers
Jean-Pierre Favreau-Passagers © 5 continents éditions

Passagers , Jean-Pierre Favreau, Textes de Laurent Mauvignier Editions des Cinq Continents http://www.jpfavreau.com/site/accueil.php

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.