photo2
photo2 © Radio France
Pour son livre _**La Mémoire Retrouvée**_ (_The Harewith Amber Eyes_ ), publié chez Albin Michel, traduit par Marina Boraso. En 1994, un vieil homme meurt à Tokyo. Ses amis le connaissaient sous le nom d’Iggie. Certains le croyaient encore américain, alors qu’il avait repris, des années plus tôt, sa nationalité d’origine, autrichienne. Ignace von Ephrussi était l’un des derniers représentants de la dynastie des Ephrussi, richissimes exportateurs de blé d’Odessa, partis s’installer au mitan du XIXè siècle à Paris et à Vienne. Banquiers, mécènes, collectionneurs d’art, bibliophiles, intellectuels et mondains, les Ephrussi, comme les Camondo, les Cahen d’Anvers ou les Reinach auront marqué leur temps et légué des trésors à leurs nouvelles patries. Le nazisme les balaiera. Edmund de Waal est un descendant des Ephrussi de Vienne. Céramiste britannique de renommée mondiale, il a effectué de nombreux séjours au Japon où il a tissé des liens particuliers avec son oncle Iggie. Celui-ci lui contait volontiers des histoires de sa jeunesse et lui avait même confié les derniers papiers de la famille récupérés après la guerre. Et ils manipulaient ensemble l’ultime possession sauvée du pillage nazi : une collection de netsukes, de petites figurines japonaises sculptées, en bois ou en ivoire, qu’avait constituée l’arrière grand oncle Charles, à Paris en 1871. Edmund de Waal en héritera après sa mort, et décidera alors de remonter le fil de leur histoire, sur les traces de sa famille de Paris à Vienne, de Tokyo à Odessa. « La mémoire retrouvée » vient de paraître aux éditions Albin Michel dans une traduction de Marina Boraso, Edmund de Waal est, ce soir l’invité de l’Humeur Vagabonde, ses propos seront interprétés par notre ami Xavier Combe. ### **reportage** Les netsuke, comme ceux appartenant à Edmund de Waal, sont des sculptures miniatures japonaises qui servaient à l’origine à maintenir des objets à la ceinture du kimono. Devenus objets de collection très prisés, ils incarnent la naissance de l’art traditionnel japonais. Rencontre avec Alain Ducros, spécialiste des netsuke et Yann Christophe Lemaire, sculpteur de netsuke contemporains. Par Vincianne Haudebourg Livres : _Promenade dans l’art japonais_ , Alain Ducros, 2006, ed. Cum Turri _Netsuke et sagemono_ , Alain Ducros, 1987 ## Les liens [Site du sculpteur Yann Christophe Lemaire](http://www.netsuke.fr/) [Site d’Alain Ducros](http://www.netsuke-sagemono.com/ritsuo1.html)
Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.