« Reparler le monde » pour qu’il n’arrête pas de tourner, de penser, de produire des idées, des mots, des sentiments, des histoires, des traités de paix et des guides de voyage. George Steiner, éternel vieux pessimiste plein d’enthousiasme, chantait ici, en 1979, la gloire des traducteurs qui ouvrent les portes et les fenêtres de nos demeures barricadées et de nos frontières de plus en plus cadenassées. Depuis la nuit des temps, les hommes se parlent et se comprennent, parfois, grâce à ces précieux intermédiaires qui bâtissent de frêles passerelles de mots entre les univers.

David Bellos est professeur de littérature française et comparée à Princeton, où il dirige le cursus de traduction et de communication interculturelle. Ecrivain et traducteur il a notamment réalisé les versions anglaises de La vie Mode d’emploi, de Georges Perec, et plusieurs romans d’Ismaïl Kadaré. Il publie aujourd’hui chez Flammarion une histoire fabuleuse de la traduction, « le poisson et le bananier », traduit en français par Daniel Loayza…avec sa vigilante collaboration.

Le reportage de Vinciane Haudebourg :

L'esperanto est une langue construite au XIX eme siecle par le docteurpolonais Zamenhof. Il l'a imaginé comme une langue universelle, simpleà apprendre, pour faciliter la communication entre les personnes delangue differentes.Aujourd'hui dans le monde, environ 2 millions de personnes parlent l'esperanto.Axel Rousseau, président de l'association Esperanto France, donnentrégulièrement des cours à Paris. Bertrand, lui, a décidé de fairevivre cette langue dans l'intimité de sa famille. Tous les jours ilesperantise avec son fils Yvan de 5 ans.

Esperanto
Esperanto © France Esperanto

La programmation musicale :

- Albert Kuvezin, Play with fire

- Claire Denamur, Rien de moi

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.