pour son roman La route sombre - traduit par Pierre Ménard - paru chez Flammarion

Ma Jian - La route sombre
Ma Jian - La route sombre © Flammarion / Ma Jian

Meili est une jeune paysanne, déjà mère d’une petite fille, vivant auprès de sa famille dans un petit village dont elle a épousé le maître d’école, Kongzi.

Mais celui-ci, lointain descendant de Confucius et très soucieux de continuer sa lignée, exige un fils, en dépit de la loi sur l’enfant unique qui impose une autorisation spéciale pour le deuxième enfant.

Dans leur village, comme partout dans la Chine rurale, les femmes tentent de cacher ces grossesses illégales. Mais l’administration du planning familial traque les contrevenants avec une férocité implacable, pratiquant avortements et stérilisations forcés, tuant, pillant, rackettant ceux qui tentent de résister.

Meili et Kongzi vont s’échapper, avec leur petite fille Nannan, pour tenter de mettre au monde leur nouvel enfant sur les rives du fleuve Yangzi où se réfugient ceux qui fuient la police et cherchent de quoi survivre sur les chantiers accompagnant la construction du barrage des Trois Gorges.

Dans cette odyssée terrifiante, Meili va peu à peu découvrir sa force et conquérir, au prix fort, une part de liberté nouvelle.

La route sombre , traduit par Pierre Ménard, édité chez Flammarion, est le quatrième livre paru en France de Ma Jian , écrivain, poète et peintre, désormais installé à Londres.

Critiqué et censuré par les autorités chinoises, qui jugeaient ses œuvres « nihilistes et obscènes », Ma Jian dut choisir l’exil afin de pouvoir écrire librement.

Pour ce livre, récit hallucinant des conditions de vie de millions de Chinois traqués par les autorités locales corrompues et les mafias, survivant dans les décharges toxiques que génère un développement industriel anarchique, Ma Jian a pu enquêter dans la province méridionale de Guizhou, l’une des plus pauvres du pays entre 2009 et 2010.

Road movie où affleure le fantastique, reportage glaçant sur le prix de l’essor économique chinois,La route sombre est aussi un magnifique portrait de femme qui apprend à dire non à un destin tracé pour elle par les hommes et les traditions.

Ma Jian, qui sera à Lyon, mercredi 27 mai à 21H, aux Assises Internationales du Roman à la Villa Gillet, est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde . Sylvain Morestin sera notre interprète.

Les Assises Internationales du Roman à Lyon - en partenariat avec La Villa Gillet /Les Subsistances/Le Monde /France Inter

http://www.villagillet.net/portail/air/actualites/

logo Assises Internationales du Roman
logo Assises Internationales du Roman © AIR-Villa Gillet / AIR
logo Air-Subsistances-Villa Gillet-Le Monde-France Inter
logo Air-Subsistances-Villa Gillet-Le Monde-France Inter © Villa Gillet-Subsistances / AIR

Le reportage de Mariannick Belot

Mia Ma vient de réaliser son premier film Riz cantonais , un documentaire dans lequel elle s'interroge sur la trajectoire de son père, Man, un Cantonais arrivé à Paris à l'âge de 15 ans peu avant mai 68. Mia et son père nous racontent aujourd'hui comment le poids de la tradition chinoise a pesé sur leur vie, même en France.

Photogramme du film "riz cantonnais" de Mia Ma
Photogramme du film "riz cantonnais" de Mia Ma © Mia Ma / Mia Ma

lien vers la bande annonce : https://vimeo.com/cedricjouan/rizcantonaisbandeannonce

Avant-Première du film : Lundi 22 juin à 20h30 au Cinéma Le Méliès - Patio central du Centre commercial de la Croix-de-Chavaux 93 100 Montreuil m° 9 : Croix-de-Chavaux - Entrée libre

L'Humeur Vagabonde vous recommande aussi la lecture de :

Un été avec Baudelaire d'Antoine Compagnon aux éditions Equateurs Parallèles-France Inter

Un été avec Baudelaire
Un été avec Baudelaire © Equateurs Parallèles - France Inter / Antoine Compagnon

http://editions.radiofrance.fr/produits/un-ete-avec-baudelaire/

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.