Alain Françon est ce soir l'invité de l'Humeur Vagabonde pour la mise en scène de "Solness le constructeur" de Henrik Ibsenau Théatre de la Colline du 29 mars au 25 avril 2013

"Solness le constructeur"
"Solness le constructeur" © Théâtre de la Colline

Solness, qui a dépassé la cinquantaine, construit dorénavant non des maisons mais, comme il le dit, « des foyers pour les humains ». Venu du bas de l’échelle sociale, il a commencé son ascension sociale et professionnelle en lotissant le terrain de la propriété de la famille de sa femme après qu’un incendie ait détruit sa maison. Alors que celle-ci ne se remet pas de cette perte qui fut suivie par la mort de ses deux fils, Solness met tout en œuvre pour demeurer le premier des constructeurs de sa région, quitte à maintenir cruellement sous sa coupe un jeune dessinateur talentueux à qui il refuse toute autonomie. Mais un jour, une jeune femme débarque dans sa vie, affirmant que, dix ans auparavant, il avait juré de lui bâtir un royaume. Elle vient exiger qu’il tienne sa promesse.

Après Reims et Montpellier, vient de démarrer au théâtre de La Colline à Paris, « Solness le constructeur » de Henrik Ibsen, qui pourra être vue jusqu’au 25 avril. Ecrite en 1892, lorsqu’Ibsen, âgé de 64 ans, se réinstalle en Norvège, "Solness" est empreinte de ses angoisses personnelles : il a le sentiment d’avoir sacrifié son bonheur personnel à sa carrière, il se pose des questions sur la réalisation de son ambition profonde et il est en butte à la critique qui le juge vieilli et répétitif. Pourtant, 122 ans plus tard, cette pièce s’adresse à nous directement, sans la moindre distance, et son écho demeure longtemps après que l’on a quitté le théâtre. La mise en scène d’une grande élégance est signée Alain Françon et les acteurs, parmi lesquels Wladimir Yordanoff, Dominique Valadié, Michel Robin, Adeline d’Hermy, sont tous formidables.

Le résumé de la pièce

Tous admirent ce bâtisseur qui au milieu de sa carrière a cessé de construire des églises pour se consacrer aux foyers des hommes. Mais derrière la façade, sa vie est une lutte permanente pour se défendre de la culpabilité que lui inspire son entourage.

Le reportage de Perrine Malinge avec Jacques Gabel (scénographe) et avec Wladimir Yordanoff, Dominique Valadié, Adeline d’Hermy (comédiens)

Evénement(s) lié(s)

Solness le constructeur

Les liens

Toutes les informations sur la pièce au Théâtre de la Colline

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.