tourneur
tourneur © Radio France
**Bertrand Tavernier pour le coffret 5 films de Maurice Tourneur restaurés édité par Pathé « Accusée levez-vous », « Au nom de la loi », « Les gaités de l’escadron », « Obsession » et « Justin de Marseille »** Si les cinéphiles connaissent le nom de Maurice Tourneur, dont la carrière a couvert à la fois la fin du muet et les débuts du parlant, bien peu d’amateurs du cinéma noir et blanc pouvaient, jusqu’ici, se vanter d’avoir vu quelques unes de ses oeuvres. Il a pourtant été l’un des cinéastes les plus importants à Hollywood de 1914 à 1926, y tournant pas moins de 52 films, muets il est vrai. Grâce à un important travail de restauration du son et de l’image, Pathé vient de sortir un coffret comportant les cinq premiers titres des 15 films parlants réalisés par Maurice Tourneur entre 1930 et 1948. « Accusée levez vous », « au nom de la loi », « les gaités de l’escadron », « obsession » et « Justin de Marseille » témoignent d’une grande originalité dans la réalisation, d’un goût très sûr pour la lumière et les cadrages innovants, et d’une ironie mordante dans les dialogues qui sonnent très modernes à nos oreilles. Il était en effet injuste de ne pas mieux connaître Maurice Tourneur. Bertrand Tavernier le proclame avec force, qui présente ces cinq films et leur réalisateur dans les bonus de ce coffret Pathé qui vient juste de sortir. A quelques jours du début du tournage de son prochain film, notre cinéphile préféré, Bertrand Tavernier est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde. ### **Le reportage de Martine Abat :**
Montage les enfants du paradis
Montage les enfants du paradis © Radio France
**Rencontre avec Laurent Mannon, commissaire de l'exposition à la cinémathèque française "Les enfants du paradis" jusqu'au 27 janvier prochain.** « Les enfants du paradis » de Marcel Carné est sorti en salles hier en copie restaurée par Pathé. L’un des chefs-d’œuvre du cinéma français fait aussi l’objet d’une très belle exposition à la Cinémathèque française grâce à laquelle on peut approcher le processus créatif qui a mené Carné et Prévert, génial dialoguiste et scénariste du film, à le tourner, en pleine Occupation, à partir de 1943. On a pu dire que « Les enfants du paradis » était un film total, un film de 3 heures, sur le théâtre, un grand film d’amour, qui fait revivre des personnages qui ont existé, qui recrée le Paris populaire du 19è, avec 2000 figurants, et pour lequel Marcel Carné s’est entouré des meilleurs : Prévert donc, Kosma à la musique, Trauner aux décors, Arletty, Pierre Brasseur, Jean-Louis Barrault, Maria Casarès.
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.