pour le texte et la mise en scène de Clôture de l'amour , avec Audrey Bonnet et Stanislas Nordey - au théâtre du Rond Point jusqu'au 2 mars

Pascal Rambert - Clôture de l'amour
Pascal Rambert - Clôture de l'amour © Stéphane Trapier / Stéphane Trapier

Sur un plateau violemment éclairé, un homme et une femme se font face. On comprend vite qu’ils travaillent ensemble, depuis longtemps, au théâtre. Lui, sans doute metteur en scène, elle interprète.

Lui, Stan, commence à parler dès qu’il arrive. Ce qu’il a à lui dire ne peut plus attendre, il en suffoquerait presque tellement il les retourne en lui depuis des jours ces mots, ces mots atroces, ces mots comme des coups de hache, de couteau, qu’il lui assène. Il ne l’aime plus, ne la désire plus, veut s’enfuir de la prison qu’est devenu, pour lui, leur magnifique amour.

Alors il parle pour le détruire, et comme pour la tuer elle, Audrey, qui l’écoute, immobile, stupéfiée, se creusant sous l’assaut. Il parle longtemps.

Et, quand il a fini, c’est elle qui parle à son tour. D’abord comme un hurlement, de façon décousue, crue, violente. Puis, dans le langage qui peu à peu se reconstitue, elle va se redresser, retrouver un chemin parmi les ruines de leur vie. Un chemin solitaire, aride, désolé, mais un chemin.

Créé en juillet 2011 au Festival d’Avignon, Clôture de l’Amour est un texte théâtral écrit au scalpel, brutal et poétique, désespérant et étrangement revigorant, musical et beau, simplement beau.

Il a été composé mot à mot parPascal Rambert pour deux acteurs formidables, Audrey Bonnet et Stanislas Nordey, dont les prénoms sont portés par les deux personnages. Et c’est de la belle ouvrage, de la haute couture de théâtre. D’ailleurs, depuis 2011, Clôture de l’Amour a beaucoup voyagé. En France, mais aussi dans le monde entier, de New York à Moscou, de Séoul à Zagreb, de Tokyo à Berlin. Partout des salles hypnotisées, des publics en larmes, un vertige mais aussi comme de la reconnaissance pour un spectacle qui touche chacun au plus profond.

Clôture de l’Amou r est en ce moment au Théâtre du Rond Point jusqu’au 2 mars.

Auteur et metteur en scène, mais aussi réalisateur et chorégraphe, directeur du théâtre de Gennevilliers, Centre Dramatique National de Création Contemporaine, Pascal Rambert est, ce soir, l’invité del’Humeur Vagabonde .

http://www.pascalrambert.com/spectacles.swf

http://www.theatre2gennevilliers.com/2013-14/

Le reportage de Gladys Marivat

Et si Clôture de l’amour était une bombe à retardement que les acteurs se passent l’un l’autre avant de la jeter à la figure du public ?

Abattus, déprimés, en colère, plusieurs de mes amis qui sont venus avec moi voir la pièce dePascal Rambert , dimanche, ont vécu une soirée étrange. Certains couples se sont fâchés, d’autres ne se sont pas dit un mot. Mais ça, c’était longtemps après. Dans l’heure qui suit la représentation, certains tentent encore de rire ou de relativiser.

Mais déjà les premiers signes d’une contamination de la guerre que se livrentStanislas Nordey etAudrey Bonnet sont perceptibles. Les deux acteurs en sont conscients, bien sûr. Et eux non plus n’en sortent pas indemnes. "

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.