[scald=10979:sdl_editor_representation]Pour son livre « Chez les Weil , André et Simone » aux éditions Buchet-Chastel La belle voix de François Perrier ne change rien à l’affaire, il y a des moments dans notre vie d’humbles mortels où nous devons nous rendre à l’évidence : le génie de certains de nos supposés semblables nous fait instantanément ressentir les limites de notre entendement. Si Vermeer se peut regarder même lorsque nous ne savons pas dessiner un chapeau, si Mozart peut s’écouter même si on chante faux, le mathématicien virtuose, lui, nous claque la porte au nez. Et certains philosophes en profiteront pour nous mettre, en plus, le nez dans le ruisseau. Il faut une certaine sagesse pour apprendre à vivre avec son indignité… Sylvie Weil est la fille du mathématicien André Weil, l’un des fondateurs du groupe Bourbaki, et la nièce de la philosophe Simone Weil, morte en 1943 à Londres et dont on s'apprête à célébrer le centenaire de la naissance. Comment vivre sa vie propre avec un tel héritage ? Comment parler de ses fantômes intimes avec justesse, alors que la légende officielle est déjà en place ? « Chez les Weil » qui vient de paraître chez Buchet-Chastel est un livre tout en nuances, délicat, tendre, féroce parfois et plein d’un humour bienfaisant. Sylvie Weil, qui a enseigné la littérature française aux Etats-Unis est écrivain. Elle est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.Lucie Akoun : Le groupe de Nicolas Bourbaki s’est fondé en 1935, soit il y a plus de soixante-dix ans. Plusieurs générations sont passées depuis. Dès lors, que reste-t'il de ce groupe ? Bien sûr il reste des ouvrages dont la plupart sont encore fructueux dans les mathématiques contemporaines mais les jeunes mathématiciens de la rue d’ulm gardent davantage en mémoire «l’esprit Bourbaki ». L’esprit de ces jeunes (André Weil et Henri Cartan en tête)brillants, révoltés contre le mandarinat universitaire, défendant leur discipline allant même jusqu’à refonder celle-ci, le tout non sans humour et finesse. Rencontre avec le responsale du département de Mathématiques de l’Ecole Normale (Frédéric Paulin) ainsi qu’avec un jeune agrégé de mathématiques (Benjamin Schraen) . En parallèle, un journaliste scientifique (Maurice Maschaal) retrace l’histoire de ce groupe.

programmation musicale

Lena Horne

Stormy weather ### Seal

A change is gonna come ### Jenny Alpha

La sérénade du muguet

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.