.

Réunis pour un débat sur les intermittents du spectacle

Manif intermittents
Manif intermittents © maxppp / maxppp

Bien sûr, depuis 1993, de l’eau a coulé sous les ponts et on a même changé de siècle. D’époque aussi, sans aucun doute. En ce temps-là le Président de la République ne portait pas de Rolleix au poignet, je crois bien qu’il aurait trouvé ça vulgaire, et considérait que la culture était indispensable à tous, et sans doute encore plus à ceux qui pensent que c’est un luxe de riches.

Et dire qu’alors les gens qui n’étaient pas de droite trouvaient la gauche trop complaisante avec le monde du capital et de la finance. Et oui, c’étaient des mots que l’on employait dans ces années bizarres.

Aujourd’hui, même si les partis et les hommes politiques s’affrontent encore plus durement qu’autrefois, au point de nous dégoûter du débat, leurs idées et leur mode de gouvernement sont tellement identiques qu’on peine à savoir qui est qui.

Et, à part ces périodes de campagnes électorales, où les engagements solennels et les belles promesses ne sont pas mégotés, la politique désormais se réduit à colmater les fuites avec de vieilles rustines et le seul indice qui vaut est celui du rendement du capital.

Allez donc parler culture dans un temps comme celui-là. Quels arguments trouver pour parler, simplement parler, à tous ces brillants éditorialistes, députés, représentants du patronat qui, année après année, martèlent que les intermittents du spectacle sont des privilégiés et que le reste des Français n’a pas à payer pour eux lorsqu’ils ne travaillent pas, du moins pas officiellement ?

Dire que ce système que l’on nous envie dans le reste du monde permet à la France d’avoir une vie culturelle vivace et diverse ?

Dire que ce que les intermittents rapportent en pourcentage du PIB, 3,2% selon l’inspection générale des Finances, est supérieur à beaucoup d’autres secteurs économiques ?

Dire que les abus, qui existent comme partout, sont bien plus importants du côté des employeurs, notamment dans l’audiovisuel, que du côté des allocataires, et qu’il est donc injuste de vouloir durcir le régime d’indemnisation de ceux-ci alors qu’on ne demande pas à ceux-là de respecter la loi ?

Nicolas Bouchaud
Nicolas Bouchaud © Agence A / Agence A

De cela et d’autres choses encore nous parleront ce soir avec Nicolas Bouchaud , acteur magnifique et citoyen énervé, qui a été Alceste dansLe Misanthrope mis en scène par Jean François Sivadier...et qui a fait grève pour ce spectacle et celui deUn métier idéal au Printemps des Comédiens à Montpellier

Nicolas BOUCHAUD qui tient à saluer et à rendre hommage à tous les intermittents et à la Direction du festival Printemps des Comédiens à Montpellier...cela devait être dit !

Robin Renucci, directeur des Tréteaux de France
Robin Renucci, directeur des Tréteaux de France © Les tréteaux de France / Les tréteaux de France

Et avec Robin Renucci , fondateur du festival de l’ARIA en Corse et directeur des Tréteaux de France depuis 2011, qui n’oublie pas pour autant son premier métier, celui d’acteur passionné, lui qui joue en ce moment dansLa Leçon de Ionesco etL’Ecole des Femmes , toutes deux mises en scène par Christian Schiaretti et en tournée avec les Tréteaux.

Qui jouera également Jean Vilar dans la pièce Mai, juin, juillet de Denis Guénoun, mise en scène par Christian Schiaretti qui sera présentée au Festival d'Avignon - 68ème édition - du 14 au 19 juillet à l'Opéra Théâtre d'Avignon

avec : Marcel Bozonnet, Stéphane Bernard, Laurence Besson, Magali Bonat, Olivier Borle, Clément Carabédian, Baptiste Guiton...

N.B. : un extrait de l’émission « Des Ô et Débats », sur Radio Béton a été diffusé, un programme hebdomadaire abordant les sujets de politique locale mais également d’envergure nationale. Ici Jean-Patrick Gille s’exprimait en public sur les intermittents du spectacle face à des responsables syndicaux et 150 professionnels du spectacle vivant et de l’audiovisuel invités au Théâtre le Nouvel Olympia à leur initiative.

C’est la dernière de la saison pour l’Humeur Vagabonde , une émission avec plein d’intermittents dedans !

Le Festival d'Avignon : [http://www.festival\-avignon.com/fr/](le festival d'Avignon)

Robin Renucci__ jouera Jean Vilar dans la pièce _Mai, juin, juillet_ de Denis Guénoun - mise en scène Christian Schiaretti - présenté au Festival d’Avignon – 68è édition - du 14 au 19 juillet à l'Opéra Théâtre d'Avignon : http://www.festival\-avignon.com/fr/spectacles/2014/mai\-juin\-juillet

Robin Renucci est directeur des Tréteaux de France : [http://www.treteauxdefrance.com/](Trétreaux de France)

Robin Renucci , fondateur du festival de l’ARIA en Corse : [http://www.ariacorse.net/fr/les\-rencontres\-estivales](Festival Aria en Corse)

Robin Renucci et Bernard Stiegler signentensemble un_ livre d'entretien_

Robin Renucci et Bernard Stiegler - S'élever, d'urgence
Robin Renucci et Bernard Stiegler - S'élever, d'urgence © Robin Renucci et Bernard Stiegler / Robin Renucci et Bernard Stiegler

Robin Renucci - Bernard Stiegler

Entretien réalisé par Eric Fourreau

Coéditions Les Tréteaux de France et édtions de l'Attribut

(juin 2014)

Le reportage de Rémi Douat

Le 18 juin dernier, une cinquantaine d’intermittents a mené une action spectaculaire pour exiger le non agrément de l’accord du 22 mars prévoyant de durcir les règles d’indemnisation. Une cinquantaine d’entre-eux à pu se hisser sur le toit de la Philharmonie de Paris pour déployer des banderoles tandis que près de deux cents intermittents, tout au long de la journée, sont venus manifester leur solidarité au pied du bâtiment. Nous étions parmi eux.

Programmation musicale "spéciale" :

1 – Moriarty – « Black Betty »

Enregistré au studio 106

Prochaine diffusion dansSécessions le 19 juillet

2 – Glass Animals – Psylla

Enregistré au studio 106

Prochaine diffusion dans Sécessions le 26 juillet

3 – Melanie de Biasio – The Flow

Enregistré au studio 106

Prochaine diffusion dans Sécessions le 28 juin

Ils seront diffusés cet été dans l’émission Sécessions de Marion Guilbaud, le samedi à 21h

Tout au long de cette saison, des artistes et des groupes sont venus jouer en direct dans On va tous y passer : nouvelles valeurs du rock ou futures étoiles de la pop (Asgeir, Agnès Obel, Breton, Fauve, Metronomy, Moriarty…), ils y sont tous passés !

Et certains sont même restés un peu plus longtemps dans le fameux studio 106 de la Maison de la Radio, le temps d’enregistrer une session !

Sécessions , c’est donc l’occasion de faire connaissance en quelques titres enregistrés « live » avec ces artistes qui marquent chacun à leur façon une scène musicale extraordinairement vivante.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.