pour l'exposition Tatoueurs, tatoués au Musée du Quai Branly jusqu'au dimanche 18 octobre 2015 et pour le hors série Hey ! Tattoo de la revue Hey !

Affiche exo "Tatoueurs, tatoués" au quai Branly
Affiche exo "Tatoueurs, tatoués" au quai Branly © Anne et Julien de Hey ! - Quai Branly / Anne et Julien de Hey !

Aujourd’hui plus de message, tranche Jérôme Pierrat, grand spécialiste de l’histoire des tatouages.

Pas si simple. En effet, inutile d’aller chercher une signification complexe à ces dessins standardisés que les people, ou les mademoiselle tout-le-monde se rêvant très spéciale vont acheter sur catalogue dans des boutiques à la mode.

En revanche, dans nombre de sociétés, de civilisations, de communautés à travers le monde, se faire tatouer représente toujours un choix de vie, le lien avec les ancêtres et la tradition, l’appartenance à un groupe solidaire, voire un chemin que certains n’hésitent pas à appeler spirituel.

Quoi qu’il en soit, la fascination pour ces pratiques demeure une constante : le Mondial du Tatouage, organisé à la Grande Halle de la Villette depuis quelques années, attire des milliers de visiteurs et « d’acheteurs », tandis que rive gauche, le très chic musée du Quai Branly affiche complet depuis le début de l’exposition Tatoueurs, Tatoués en mai dernier.

Nos amis Anne et Julien , talentueux créateurs de la revue trimestrielleHey !, organisateurs d’expositions mémorables sur la contre-culture ces dernières années, eux-mêmes performeurs, sont les Commissaires de Tatoueurs, Tatoués , qui restera ouverte au public jusqu’en octobre 2015.

Ils y ont rassemblé 300 œuvres et documents rares qui retracent l’histoire millénaire du tatouage à travers le monde et les cultures, ses différentes significations, ésotériques, religieuses, communautaires, contestataires, criminelles, policières.

Des créations modernes réalisées spécialement pour cette exhibition, sur toiles ou sur silicone, montrent qu’il s’agit également d’un art véritable qui ne cesse d’évoluer grâce à de nouvelles techniques.

Un passionnant hors-série de la revueHey ! vient d’ailleurs de paraître avec, comme d’ordinaire, une iconographie particulièrement soignée.

Anne & Julien sont, ce soir, les invités de l’Humeur Vagabonde .

Le site de la revue Hey !

http://www.heyheyhey.fr/fr

Les spectacles au musée du Quai Branly :

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/spectacles-et-concerts/spectacles-2014-2015/notes-dencre.html

Couverture Anne et Julien - Hey ! Tattoo
Couverture Anne et Julien - Hey ! Tattoo © Ankama / Anne et Julien de Hey !

Le hors série Hey ! Tattoo est disponible aux éditions Ankama (21 novembre 2014)

Le reportage de Vinciane Laumonier

Dans l'atelier de Karl Marc, tatoueur et fabricant de machines à tatouer.

Il est américain et il s’est installé en France depuis plusieurs années. Karl Marc a la particularité de fabriquer, lui-même, ses machines à tatouer, 5 à 10 par an, en mode artisanal.

Dans son atelier en banlieue parisienne, il ne crée que des pièces uniques sur lesquelles il fixe son imagination.

Karl Marc
Karl Marc © Karl Marc / Karl Marc

www.karlmarc.com

Karl Marc va ouvrir sa propre boutique, début janvier, près du musée des arts et métiers à Paris où l’on pourra voir sa galerie de machines à tatouer.

Les archives de l'INA et les extraits sonores diffusés ce soir

  • Accroche de l’émission

Jérôme Pierrat journaliste, spécialisé en criminologie et rédacteur en chef de Tatouage magazine , auteurs de plusieurs livres sur le tatouage :__

Il y a autant de réponse à « pourquoi on se tatoue » que de tatouages

Archive INA :« Sur les Docks » 16/12/009 Virginie BLOCH-LAINE - France Culture

__

*Pendant une séance de tatouage ,un homme et son tatoueur (Christian Chouraqui) évoquent une démarche assez inexplicable …

Archive INA :« Le vif du sujet » 09 .04. 2002 reportage Jérôme Sandlarz France Culture

*Reportage à Buscalan aux Philippines

Whang Od, 94 ans ,la dernière tatoueuse de la tribu des Kalingas aux Philippines

Natividad Sugguiyao ( la dernière Kalinga à avoir été tatouée )

Archive INA : « Ailleurs »France Inter 01. 05. 2013

*Edmond Locard fondateur du 1er laboratoire de police scientifique d’Europe à Lyon , en 1910 ; il a travaillé avec Lacassagne

« J’ai connu la période de floraison des tatouages, entre les 2 guerres, aujourd’hui , ça ne se voit plus guère chez les ouvriers honnêtes, on les voit surtout chez les malandrins et les souteneurs »

Archive INA : 1961

*Khadidja Bnoussina , professeur de sociolinguistique à l'Université de Marrakech, décrit la pratique du tatouage féminin au Maroc

Archive INA :« LE CORPS ET L'IMAGE DE L’Autre » 26/08/1989 France Culture- Francesca PIOLOT

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.