Dans un roman d’une grande tension, Erri De Luca reconstitue l’échange entre un jeune juge et un accusé, vieil homme «de la génération la plus poursuivie en justice de l’histoire d’Italie"

Erri De Luca, écrivain, journaliste engagé, poète et traducteur italien contemporain, le 7 mai 2020 près d'Osteria Nuova, au nord-ouest de Rome,.
Erri De Luca, écrivain, journaliste engagé, poète et traducteur italien contemporain, le 7 mai 2020 près d'Osteria Nuova, au nord-ouest de Rome,. © AFP / Vincenzo PINTO

Pourquoi escalader les montagnes ? Question effarée que posent souvent ceux que le vertige guette. Parce qu’elles sont là, on connaît la réponse. Mais aussi, dit celui qui parle ici, pour « rejeter le monde », pour entrer dans un temps vide où la mémoire cesse d’être un fardeau et où la confrontation avec soi-même se réduit à ce que le corps est capable d’endurer. Celui qui parle ici raconte cela à un juge qui ne connait rien à la montagne et, plus jeune que lui, ne sait des années de plomb en Italie que ce qu’il en a lu. Or ce juge l’accuse d’avoir, sur cette pente des Dolomites, précipité dans le vide un autre homme, ancien compagnon de lutte, qui, quarante ans plus tôt, a livré à la police son nom et celui de tous ses camarades.

« Impossible », traduit par Danièle Valin, est le tout dernier livre d’Erri De Luca, paru chez Gallimard. Impossible, c’est ce que réplique le juge à ce prévenu qui affirme que cette rencontre avec son ancien camarade était due au seul hasard. Et que sa chute était accidentelle. Impossible, c’est aussi ce dialogue entre deux logiques, deux histoires, deux générations. Et pourtant le dialogue parvient à s’instaurer, sur l’engagement, la repentance, la justice, la fraternité, la trahison. Dialogue socratique entre les deux faces d’un même homme, comme l’était déjà « Le Tour de l’Oie », précédent livre d’Erri De Luca, qui ressort justement en Folio. Deux livres à lire à la suite comme une sorte de testament philosophique, celui d’un homme qui dit être resté le militant révolutionnaire qu’il était à 20 ans, en dépit de son corps devenu celui d’un septuagénaire.

Impossible lu par Laurent Natrella et Denis Podalydès , un CD Audio de la collection Ecoutez Lire (Gallimard) 

La programmation musicale 

  • SANDRA MANTOVANI       Bella Ciao 

L'humeur Vagabonde vous conseille également 

La belle programmation du Festival de Royaumont ,  du 6 septembre au 31 octobre, la Fondation Royaumont vous propose des rendez-vous qui reflètent la diversité des formes artistiques qu’elle soutient : le répertoire de la voix, la création musicale, la danse contemporaine, le spectacle jeune public...

Les invités
Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.