Revenants
Revenants © Futuropolis

Ryan Endicott s’est engagé chez les Marines pour défendre son pays après le 11 septembre. Revenu d’Irak, et de retour en Californie, il plonge dans l’alcool et la drogue, il ne dort plus, a des hallucinations, revit les horreurs qu’il a traversées. Il est atteint, comme 70 000 vétérans de cette guerre, du syndrome de stress post-traumatique que l’administration américaine répugne à reconnaître et à traiter. Officiellement, elle n’admet en effet que trois suicides par semaine liés aux suites du conflit. Les associations de vétérans et les familles affirment, elles, qu’il y en a 22 par jour !

Olivier Morel s’est installé aux Etats-Unis en 2005 où il enseigne la littérature comparée à l’université d’Indiana. En 2011, Arte a diffusé son documentaire « L’âme en sang » dans lequel il donne la parole à des vétérans, hommes et femmes, que la guerre en Irak a profondément traumatisés. Ce film va être prochainement édité en DVD. Une BD, « Revenants », éditée chez Futuropolis, sera en vente dès le 12 septembre. Réalisée avec le dessinateur Maël, elle raconte l’histoire de ce film. Parmi les vétérans qui y témoignent, quelques femmes, la plupart employées dans les équipes médicales. Parmi elles Wendy Barranco, qui a servi deux ans en Irak. Elle avait 20 ans. Aujourd’hui elle perçoit enfin, sept ans après son retour, une pension d’invalidité à 70% pour raisons psychiatriques.

Interprétation en direct : Xavier Combe

Les liens

Témoignages de vétérans contre la guerre, dont celui de Wendy Barranco

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.