[scald=11345:sdl_editor_representation]« Biribi, les bagnes coloniaux de l’armée française » Editions Perrin Biribi, toutes proportions gardées évidemment, c’était comme l’archipel du goulag :un terme générique pour un lieu indéterminé et multiple, en dehors des normes et des lois, sans réalité juridique, où règnait l’arbitraire, la torture, les humiliations. Durant un siècle et demi, de la Restauration à la décolonisation, la France s’est débarrassé de ses mauvais sujets, déviants, opposants politiques et fortes têtes, en les envoyant casser des cailloux et crever sous le soleil d’Afrique. Et, à l’inverse des bagnes civils, ces enfers militaires n’ont que bien peu marqué la mémoire collective. Intimement liée à la mémoire de l’aventure coloniale, que l’on redécouvre depuis quelques années, cette effrayante histoire occultée refait surface grâce au premier travail historique qui lui est consacré : "Biribi, les bagnes coloniaux de l’armée française" tout juste paru chez Perrin. Dominique Kalifa, son auteur, est professeur d’histoire à la Sorbonne et à Sciences Politiques.Martine Abat :

programmation musicale

Fernandel

Les vrais, les durs, les tatoués ### Seasick Steve

Walkin man ### Fréhel

Où est-il donc ? ### Anis

José ### Aristide Bruant

Biribi

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.