Ouverte il y a 30 ans en plein Quartier latin, BricoMonge fut un haut lieu de sociabilité. À l’heure de l’inventaire et des comptes, Samuel accompagne son père dans les derniers moments du magasin. Et cherche à comprendre ce qui a amené l'ancien de la Gauche Prolétarienne, intellectuel diplômé, à vendre des clous.

Image extraite du film "68, mon père et les clous" (sortie le 1er mai)
Image extraite du film "68, mon père et les clous" (sortie le 1er mai) © Sophie Dulac Distribution

Des lieux comme celui-ci, "institution thérapeutique" de quartier où tout le monde peut venir parler de ce qui importe ce jour-là, où ça discute, ça s’engueule, ça rit, où s’atténuent les chagrins et s’entretient le goût de vivre en société, chacun d’entre nous en a fait l’expérience. Souvent avec un café, ou une librairie, l’échoppe d’un cordonnier, l’épicerie du coin. Mais combien parviennent à survivre aujourd’hui encore ? Dans les grandes villes comme dans les villages, la disparition de ces petits commerces de proximité a marqué la fin d’un monde dans les interstices duquel il était encore possible de trouver à se réfugier, pour un instant. Ou pour la vie.

BricoMonge était situé dans le cinquième arrondissement de Paris, en face de la Mutualité et de St Nicolas du Chardonnet, intéressant grand écart philosophique pour cette "institution thérapeutique". Cette quincaillerie pas comme les autres a offert, pendant trente ans, café, conseils, discussions, écoute et abri aux clients, amis, voisins qui y trouvaient aussi un espace mental indispensable

Pendant des années, le fils du patron, Samuel Bigiaoui, en avait fait un merveilleux terrain de jeu. Devenu grand, et agrégé de maths, il a voulu filmer ce lieu au fil du temps, pour conserver ses souvenirs, espérant aussi comprendre comment son père, intellectuel diplômé et engagé, ancien de la Gauche Prolétarienne, s’était retrouvé là à vendre des clous. 

Son film, 68, mon père et des clous, absolument formidable, sera  visible dans les salles suivantes:

Paris - Reflet Médicis / Majestic Bastille (avec le 1er mai à 14h présentation du film et le samedi 4 mai 20h projection + débat)

Rennes - Cinéma l'Arvor (avec dimanche 5 mai 11h projection + débat)

Caen - Cinéma Lux (avec lundi 6 mai 20h projection + débat)

Montreuil - Cinéma Le Méliès (avec mardi 7 mai 20h projection + débat)

Bondy - André Malraux (le vendredi 24 mai 20h30 projection + débat)

Romainville - Trianon (le dimanche 26 mai 18h30 projection + débat)

Paris - Escorial (le dimanche 2 juin 11h00 projection + débat)

Nantes - Le Concorde

Rouen - Cinéma Omnia République

Tours - Cinémas Studio

Valence - Le Lux 

Orléans - Cinéma Les Carmes

Lille - Le Majestic

Lyon - Cinéma Lumière Bellecour

Grenoble - Cinéma La Nef

Saint Étienne - Cinéma Le Méliès Jean-Jaurès

Toulouse - Cinéma ABC

Nice - Cinéma Mercury

Strasbourg - Cinéma Star

Nancy - Cinéma Caméo Commanderie

La programmation musicale:

Janis Joplin :Me and Bobby Mcgee

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.