Pour « Les madones d’Echo Park » éditions de L’Olivier/traduction Adèle Carasso Traités comme des voleurs, ou alors comme des parasites, des esclaves, des gangsters ou des putains, ainsi doivent apprendre à vivre les Mexicains qui tentent de grignoter une part du rêve américain en Californie. Une terre qui fut la leur jusqu’au XIXè siècle. Ce qu’ignorent les blancs, qui les regardent avec le même mépris, qu’ils aient, ou pas, les bons papiers. D’abord entassés dans les bicoques de Chavez Ravine, à Los Angeles, ils en furent expulsés en 1960 lors de la construction du Dodgers Stadium. Relogés à Echo Park, ils se voient, depuis quelques années, repoussés ailleurs par la spéculation immobilière qui transforme ce cœur de la cité des Anges en quartier branché.C’est donc leurs histoires et leur mémoire qu’a voulu restituer Brando Skyhorse dans un premier roman magistral qui est paru aux éditions de L’Olivier. Huit destins contrariés, mais vibrants de force, de drôlerie, de douleur, qu’il nous raconte en huit chapitres qui sont autant de nouvelles, formant à la toute fin le tableau de trois générations d’immigrants. Ouvrier clandestin qui voit son patron commettre un meurtre, femme de ménage des beaux quartiers ne parlant pas un mot d’anglais, chauffeur de bus détestant ses congénères, gamin d’un gang qui va tuer par hasard une gamine qui veut devenir Madonna, tous ses personnages, Brando Skyhorse les a un jour croisés dans les rues d’Echo Park où il a grandi, avant de devenir, après son diplôme à Stanford, éditeur à New York. « Les madones d’Echo Park », traduit par Adèle Carasso, est LE livre à emporter pour vos vacances. Et Brando Skyhorse est ce soir l’invité de l’humeur Vagabonde. Ses propos seront, bien sûr, interprétés par notre formidable Xavier Combe.

Reportage

Julien Cernobori : Portrait de "Pepe", mexicain à Paris. Il pourrait être l'un des personnages décrits dans le livre de Brando Skyhorse. Pepe a 35 ans, il était écrivain au Mexique. Aujourd'hui il vit à Paris où il est guide touristique, il exerce son métier avec beaucoup de coeur mais seulement voilà : depuis quelques années Pepe n'a pas le droit d'habiter sur le sol français parce qu'il est sans papiers. Ce soir Pepe passe à la radio pour raconter son histoire, une histoire de frontières et d'injustice.

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.