Pour la dernière émission de la saison 2012-2013, les reporters de l'Humeur Vagabonde ont carte blanche ! Au programme, des surprises en pagaille, pour une Humeur encore plus vagabonde que d'habitude !

Dans ces temps de désenchantement, où tout ce qui avait été bâti au long de décennies de luttes par nos prédécesseurs s’effondre en quelques poignées de secondes, à Wall Street et à Bruxelles, et alors que les politiques patinent dans la semoule, à quoi peut-on encore se raccrocher pour ne pas sauter par la fenêtre ? La solidarité, l’entraide, l’amitié, évidemment, éventuellement l’amour, tout cela vous le savez. Mais ne sous-estimez pas ce qui mobilise nos esprits et sollicite notre imaginaire : la littérature, le théâtre, parfois le cinéma, nous réconfortent, nous accompagnent, brisent nos solitudes, nous donnent envie d’en parler, de partager. Ecoutez Hannah Arendt , avec qui nous ouvrons rituellement la dernière émission de la saison, et qui, quelques mois avant sa mort en 1974, nous invitait à ne jamais renoncer à penser par nous-mêmes, car c’est notre liberté première, et y renoncer laisse le champ libre à la barbarie.

Tout au long de cette saison de l’Humeur Vagabonde nous avons ouvert la porte du studio à des femmes et des hommes qui en mots, en sons, en images, en matériaux virtuels ou concrets, sont venus nous offrir de penser en leur compagnie. Il y a eu des rires, de l’émotion, des silences, et toujours une parole libre et, je l’espère, souvent utile. Car, l’avez-vous remarqué, on est toujours plus intelligent à plusieurs. Cela se passe sur France Inter, votre radio, celle du service public, c'est-à-dire une radio libre. Libre de faire entendre des opinions qui ne sont peut-être pas toujours les vôtres, libre de persister à résister à la contagion toxique de la superficialité, de la vulgarité, du prêt-à-penser light. Prenez-en soin amis auditeurs, et soyez exigeants envers elle, comme nous tentons de l’être à notre place.

cadeaux
cadeaux © geschenkhamster.de

En cette veille de vacances, je voudrais remercier celles et ceux qui font que l’Humeur Vagabonde existe, soir après soir, et qui l’enrichissent de leur talent, de leur travail, de leurs idées, de leur enthousiasme, voire de leurs colères. Cette année Valérie Ayestaray a été la réalisatrice de l’émission, attentive, rapide, efficace, elle a toujours réussi à faire tenir nos ronds dans le carré de l’antenne avec une inventivité qui m’épate. Elle n’est pas là ce soir, c’est Joseph Carabalona qui a eu la lourde tâche de la remplacer cette semaine, qu’il soit remercié de s’être glissé sans heurt dans nos habitudes tribales. Claire Teisseire , vous le savez, est cette petite fée qui nous rapporte de l’INAles merveilleuses archives qui éclairent et donnent sens à ces entretiens. Sans elle, et l’aide précieuse de nos brillants archivistes, Sophie Gillery , Hervé Evanno, Arnaud Plançon et tous les autres, L’Humeur ne serait pas la même. Mister Djub a la très lourde tâche de trouver les disques qui me plairont, ou ne me déplairont pas trop, tout en rythmant sans heurter la conversation du soir. Il y arrive épatamment, et ce soir encore il a su trouver quelques superbes morceaux de sa collection privée.

Et il y a, bien sûr, les reporters de l’Humeur, ingrédients indispensables à notre potion magique car ce sont eux qui nous font sortir du studio calfeutré, nous ouvrent grand l’horizon, jouent avec les sons, les tissent, les malaxent pour nous offrir chaque soir une bouffée de rêve, d’humour, d’ailleurs. Vous connaissez leurs noms : Judith Soussan, Vinciane Haudebourg, Gladys Marivat, Perrine Malinge, Julien Cernobori et Baptiste Etchegaray . Léa Minod vient de les rejoindre et Aude-Emilie Judaïque est passée dans la troupe cette saison. Qu’ils soient remerciés d’être tous là ce soir avec leurs petites surprises de fin d’année. Enfin un grand merci à nos excellents garçons-lecteurs bénévoles : Eric Hauswald et Alain Le Gouguec .

Ce soir à la technique c’est Jean-Philippe Jeanne et Arnaud Chesnais qui nous aideront à fermer la boutique. Ils vont donc être remerciés pour leur œuvre personnelle mais aussi au nom de tous leurs camarades techniciens qui nous accompagnent au quotidien, veillent sur nous, nous évitent tant de faux pas et se battent, comme ils l’ont fait avec une belle détermination en janvier dernier, pour que France Inter conserve les moyens dont elle a besoin pour faire vivre une belle radio.

Et que la fête commence, en musique évidemment

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La série d'émissions "Histoires de peinture" de Daniel Arasse (France culture été 2003) est disponible en livre disque (Coédition France Culture/Denoël)

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.