Agnès Desarthe est ce soir l'invitée de l'Humeur Vagabonde pour "Comment j'ai appris à lire", paru chez Stock le 2 mai 2013.

"Comment j'ai appris à lire"
"Comment j'ai appris à lire" © Editions Stock

Alberto Manguel a dû réfléchir depuis longtemps à cet étrange dilemme, lui qui fut lecteur pour Borges, devenu aveugle, à Buenos Aires, du temps de sa jeunesse étudiante. Entre écrire et lire, si jamais un dieu cruel lui imposait de choisir, son parti est déjà pris : lire, évidemment. Manguel, qui possède l’une des plus belles bibliothèque qui soit, plus de 30 000 livres installés dans une grange amoureusement aménagée pour eux, connaît leur nécessité. Car c’est par eux que le monde vient jusqu’à nous, que les morts et les vivants nous parlent, que nous nous sentons appartenir à une lignée, que nos idées prennent forme, que nos peurs s’apaisent. Comme le disait Saul Bellow, seuls les livres peuvent nous consoler de la méchanceté du monde.

Agnès Desarthe qui est écrivain, traductrice et grande lectrice, signerait, aujourd’hui, des deux mains la même profession de foi. Et pourtant il n’en a pas été toujours ainsi. Aussi surprenant que cela puisse paraître, cette fille d’intellectuels, qui a grandi au milieu des livres de ses parents et récolté les meilleures notes à l’école, détestait profondément la lecture. Jusqu’à Normale Sup, elle a fait semblant, dissertant savamment sur les auteurs grâce aux résumés des manuels et aux cours de ses professeurs. Mais les livres sont dotés de redoutables charmes : ils ont cheminé en elle, à l’insu de son plein gré, jusqu’au jour où elle a dû rendre les armes. Le récit de cette étrange aventure, elle le publie chez Stock sous le titre « Comment j’ai appris à lire ».

Le reportage de Gladys Marivat

Mon premier souvenir de lecture, et en même temps mon plus fort, c'est sans doute ces soirées où ma grande sœur me lisait "La Chèvre de Monsieur Seguin" en s'attardant à chaque fois sur la scène du supplice avec la même délectation sadique.

Blottie au fond de mon lit, terrorisée par le triste sort réservé à cette biquette, j'étais en même temps très heureuse de ces quelques minutes rien que pour moi que ma grande sœur me consacrait. En quelque sorte, elle prenait soin de moi.

Pourquoi ce plaisir de se faire lire une histoire devrait-il s'arrêter après l'enfance ? Depuis 1999, la compagnie Udre Olik sillonne la France pour lire des histoires. Invitée à un festival pendant un jour ou une semaine, la compagnie communique un numéro de téléphone : un coup de fil et un duo de comédien arrive chez vous, ou sur votre lieu de travail, et partout où vous le souhaitez pour lire du Michaux, du Ronsard ou encore du Leslie Kaplan... Leur performance s'appelle « Bip Bip Lecture » et vous allez comprendre pourquoi...

Et le prochain Bip Bip Lecture aura lieu le 10 octobre à Nantes à la Maison de la poésie dans le cadre du Festival Midi Minuit .

Aujourd'hui 27 mai 2013, journée spéciale Bertrand Belin sur France Inter!

Parcs
Parcs © Wagram

Artiste du verbe, Bertrand Belin compte ses mots sur un musique folk. Son style s'affirme avec sa voix douce et mélodieuse soutenue par les guitares au son pur et clair.

Le chanteur revient avec un quatrième album : "Parcs" , aujourd'hui dans les bacs.

Dans l'Humeur Vagabonde, sera diffusé le titre "Peggy", écho à la chanson Jessica Simpson d'Adam Green et commenté par Bertrand Belin lui-même.

Evénement(s) lié(s)

Bertrand Belin sur Inter et en tournée

Bertrand Belin en concerts (cliquez)

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.