photo_reportage
photo_reportage © Pauline Atlan
Pour _En attendant Babylone_ ( Albin Michel). Traduit par Judith Roze et Olivier Colette Nul n’a oublié le spectacle de désolation de ces quartiers de la Nouvelle Orléans engloutis sous les eaux en Août 2005 après le passage de l’ouragan Katrina. Et, surtout, cette sorte d’étrange léthargie qui semblait avoir atteint les autorités fédérales, apparemment désarmées devant l’ampleur de la catastrophe. Les plus gravement atteints étaient pauvres et en majorité noirs. Certains aux Etats-Unis y ont vu la raison de ce désintérêt du pouvoir. Et il est vrai que c’est essentiellement une chaîne de solidarités individuelles qui, sur place et à travers le pays, s’est mise en place pour tenter de faire revivre la Nouvelle Orléans. Amanda Boyden, écrivain et professeur de creative writing à l’université de la Nouvelle Orléans, a été évacuée la veille de l’ouragan. Et, pendant de longs mois, elle n’a pu reprendre le cours de sa vie. C’est à Toronto qu’elle a commencé le livre qui vient de paraître chez Albin Michel, « En attendant Babylone », dans une traduction de Judith Roze et Olivier Colette. « Comme un chant du cygne pour une ville disparue » dit-elle. Elle y décrit la vie d’un petit quartier populaire de Uptown où cohabitent des familles très différentes :noirs du Sud, blancs venus du Midwest, indiens fraichement immigrés, petits dealers surarmés, retraités, piliers du bar voisin, cadres épuisés, avec leurs soucis de couple et d’enfants et , soudain, après un accident terrible, une vraie solidarité qui va les réunir. Portrait d’une ville au bord du gouffre. Amanda Boyden est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde. Ses propos seront interprétés par notre cher Xavier Combe. ### **reportage** par Grégoire Louis: la maquette au 1/87ème de la Nouvelle-Orléans, réalisée par Pierre Atlan et Pierre Merlin, de 1956 à 1980, et remise au jour par Daniel Caux. Interview de Pauline Atlan, fille de Pierre Atlan, et de Jacqueline Caux, compagne et complice de Daniel Caux durant les nombreuses années qu'il a vouées au partage de sa passion pour LES musiques, jazz, indiennes, techno, minimales, jusqu'à sa disparition en 2008. Extraits sonores de l'émission de Daniel Caux diffusée en 1990, sur France Culture, sur l'un des fondateurs du Jazz à la Nouvelle-Orléans: Buddy Bolden. ## Les liens [Article de Daniel Caux sur la maquette de la Nouvelle-Orléans](http://sojazzmusic.com/2006/09/28/la-nouvelle-orleans-modele-reduit/)
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.