Avec l'exposition "Corot, le peintre et ses modèles" le musée Marmottan Monet présente un ensemble exceptionnel de portraits et célèbre la part la plus personnelle, la plus secrète mais aussi la plus moderne de la production de l’artiste.

Corot (1796-1875) est à (re)découvrir au Musée Marmottan Monet à Paris jusqu'au 8 juillet 2018. Ici le tableau est la "Vue près de Naples" (1841)
Corot (1796-1875) est à (re)découvrir au Musée Marmottan Monet à Paris jusqu'au 8 juillet 2018. Ici le tableau est la "Vue près de Naples" (1841) © Getty / De Agostini Picture Library

C’est une manie bien française, à laquelle n’échappent pas les historiens de l’art, que de vouloir tout ranger dans des cases. La question, au fond de peu d’importance, qu’évoque ainsi Vincent Pomarède à propos de Corot (fut-il néo-classique, romantique, réaliste ou pré-impressionniste) se trouve illustrée par l’absurde avec la répartition des œuvres du peintre entre deux musées : au Louvre celles qui furent peintes avant 1850, à Orsay les suivantes. Corot, le doux paysagiste, devient donc, géographiquement parlant, le chaînon reliant la peinture classique et romantique du XIXè siècle au renouveau impressionniste et moderniste. 

Je l’avoue : les paysages de Corot n’ont jamais fait partie des tableaux que je rêverais de posséder. Trop sages, trop doux. En revanche la sublime Dame en Bleu, vue et revue au Louvre qui en a la garde, ferait tout à fait mon bonheur. Et, justement, c’est elle que l’on peut admirer sur l’affiche de l’exposition « Corot le peintre et ses modèles » qui se tient au Musée Marmottan-Monet jusqu’au 8 juillet. Une exposition passionnante, imaginée par Sébastien Allard, directeur du département des peintures au Louvre, qui nous fait découvrir un pan méconnu de l’œuvre de Corot, des visages et des corps de femmes qui, en 1909, exposés pour la première fois, avaient saisis Picasso et Braque. 

Exposition Corot au Musée Marmottan-Monet
Exposition Corot au Musée Marmottan-Monet © Radio France / Anne Audigier

Les archives de l'INA:

Vincent Pomarède: Corot nous laisse indécis devant son œuvre, il est inclassable 

Accès direct: France Culture- 18/03/1996

Jean Leymarie: Un des plus grands peintres de l’enfance

Braque et Picasso furent bouleversés par les figures de Corot 

Une vie une œuvre Le 07/11/1996 

Vincent Pomaréde _:_La réflexion de Corot sur le corps féminin  

Une vie une œuvre Le 07/11/1996 

Emmanuel PERNOUD: Les portraits de Corot ont l’air perdus , fatigués et mélancoliques : exemple de « La femme à la perle »

Corot déguise ses modèles mais sans en dissimuler la fiction 

DU JOUR AU LENDEMAIN. Emmanuel Pernoud Le 26/05/2009

La programmation musicale :

Madeleine Peyroux :Careless love

Retour sur la playlist du mois d'avril  concoctée avec notre programmateur Djubaka :

Juliette Gréco & Melody Gardot: Sous les ponts de Paris 

Arthur H.  et Feist :La chanson de Satie

Sister Rosetta Tharpe:Trouble In Mind

Corot - Marietta ou l'Odalisque romaine (1843)
Corot - Marietta ou l'Odalisque romaine (1843) © Radio France / Anne Audigier
Corot - Sibylle (1870) | La femme à la perle (1868)
Corot - Sibylle (1870) | La femme à la perle (1868) © Radio France / Anne Audigier
Emma Dobigny, qui posa aussi pour Degas ou Pavis de Chavannes, était l'un des modèles préférés de Corot
Emma Dobigny, qui posa aussi pour Degas ou Pavis de Chavannes, était l'un des modèles préférés de Corot © Radio France / Anne Audigier
Corot - La dame en bleue (1874) - Le modèle est à nouveau Emma Dobigny
Corot - La dame en bleue (1874) - Le modèle est à nouveau Emma Dobigny © Radio France / Anne Audigier
Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.