[scald=12119:sdl_editor_representation]Pour DVD Deutch Gramophon « Sylvie Guillem sur le fil » Diffusion sur Arte le 8 février à 22H45 dans Musica Dans leur longue carrière, Jean Babilée, comme Philippe Decouflé en ont vu beaucoup des danseurs doués. Mais pour eux, comme pour tous les professionnels de la scène, il y a un mystère Sylvie Guillem : « comment parvient-elle à devenir ligne, musique, abstraction ? » Akram Khan, danseur et chorégraphe, avec qui elle a créé un spectacle en 2006, dit qu’il a d’abord accepté de la rencontrer, curieux de « comprendre comment son corps fonctionnait ». A cela elle répond qu’elle danse d’abord avec sa curiosité pour l’inconnu, mais aussi avec ses neurones. Sylvie Guillem est une star internationale. C’est un fait. Et c’est terriblement intimidant. Mais ce qui l’est encore davantage c’est de la voir danser. Dans le St Sebastien de Bob Wilson, par exemple, ou dans Manon de Kenneth Mc Millan, avec Akram Khan dans Monstres sacrés, ou Russell Maliphant et Robert Lepage ses derniers partenaires avec qui elle a monté le spectacle Eonnagata, autour du chevalier d’Eon, elle nous offre des moments de rêve, de splendeur et d’émotion rares. « Comment fait-elle ? » Il n’est pas mauvais de n’avoir aucune réponse rationnelle à cette question. Un film, réalisé par Françoise Ha Van, disponible en DVD chez Deutch Grammophon, nous ouvre quelques pistes. Il sera diffusé sur Arte le 7 février. Et, ce soir, Sylvie Guillem, entre deux avions et trois continents, s’est posée, un instant, dans l’Humeur Vagabonde.Judith Soussan : Paco Dècina est chorégraphe. Depuis 23 ans, avec ténacité et profondeur, il explore ce que veut dire « danser » – le mouvement dans l’espace - rendre visible l’invisible – sonder la mémoire que nous portons en nous, dit-il. L’année dernière, il a créé Fresque, femmes regardant à gauche - pièce pour 7 danseurs dépouillée, envoûtante, où le mouvement est tantôt léger comme en rêve, tantôt d’une rapidité féline. Rencontre avec Paco Dècina après une répétition de Fresque en vue de sa reprise en 2010. Fresque, femmes regardant à gauche : le 16 janvier 2010 à Maisons-Alfort (Théâtre Claude Debussy), le 29 janvier à Brétigny-sur-Orge (Espace Jules Verne), puis à Coutances, Nanterre, Colombes, Chartres, Bourges…

programmation musicale

Emily Loizeau

Pays sauvage ### Vincent Segal et Ballake Sissoko

Future ### Mickael Jackson

Don't stop till you get enough ### liens

Post-Retroguardia, la compagnie de Paco Dècina

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.