pour son nouveau roman Réparer les vivants paru aux éditions Verticales

Maylis de Kerangal-Réparer les vivants
Maylis de Kerangal-Réparer les vivants © Verticales / Maylis de Kerangal

Un matin de février glacial, au retour d’une partie de surf sur une plage du Havre, trois amis d’à peine 20 ans ont un accident de voiture.

Simon Limbres, celui qui n’avait pas de ceinture de sécurité, sera déclaré cliniquement mort à son arrivée à l’hôpital. Son cerveau ne réagit plus alors que son cœur continue à battre. A partir de ce moment, de cette mort-là, c’est la vie de beaucoup d’autres qui, soudain, s’emballe. Ses parents, ses proches, vont affronter l’impensable.

Un infirmier coordinateur, va devoir trouver les mots pour obtenir leur consentement à des prélèvements d’organes. Les équipes médicales n’auront que quelques heures pour traverser la France et venir prélever ceux qui leur ont été attribués.

Et, au bout de cette chaîne, une femme, à bout de souffle et d’espoir, apprendra qu’elle va avoir un cœur, c'est-à-dire une vie.

Réparer les vivants , superbe titre pour le dernier roman de Maylis de Kerangal qui vient de paraître aux éditions Verticales. Récit d’une transplantation cardiaque dont elle a resserré le temps d’exécution en 24H après avoir, à son habitude, patiemment étudié tout l’environnement technique, médical et humain qu’il suppose.

Mais «Réparer les vivants » est bien autre chose : au fil des pages et de l’entrée en scène des différents personnages nous nous trouvons plongés, spectateurs fascinés et intimement concernés, dans une aventure métaphysique qui nous parle de la vie même, de la transmission, de l’amour et de la solidarité humaine. Livre troublant et bouleversant qui déclenche en nous une réflexion aussi lancinante que le mouvement de la houle qui accompagne Simon Limbres au terme de son voyage.

Maylis de Kerangal est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Gladys Marivat

Que se passe-t-il pour Claire quand elle se réveille avec en elle le cœur de Simon Limbres ? Comment sent-elle ce cœur étranger ? Sera-t-elle toujours Claire ou aura-t-elle quelque chose des rêves, des souvenirs ou des sentiments de Simon ? Et comment vit-on avec le cœur d’un autre ?

J’ai posé ces questions àMarc Géraud. Pour lui, tout a commencé sur le quai de la Gare de Lyon. Le 5 août 2002, il n’oubliera jamais la date. De retour de vacances, il s’effondre, terrassé par un infarctus. Il a 40 ans, est chirurgien urologue et se croit en pleine forme. Il va devoir subir une transplantation cardiaque.

Marc Geraud
Marc Geraud © L'Apart / Marc Geraud

Son passage derrière la blouse et ses douze années avec un nouveau cœur, le docteur Géraud a ressenti le besoin d’en faire le récit dans un livre, A cœur perdu . (éditions L'Apart - 2013).

Dans son cabinet, entouré des photos de sa famille, il se souvient de cette expérience de la perte et du don, qu’il appelle aujourd’hui une merveille de la vie, un miracle.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.