pour Histoire de chambres paru au Seuil

Michelle Perrot - Histoire de chambres
Michelle Perrot - Histoire de chambres © Seuil / Michelle Perrot

Même si, évidemment, la chambre à coucher a existé depuis la nuit des temps - du moins un espace précis pour dormir- il est significatif de voir le terme n’apparaître dans les dictionnaires que vers le milieu du XVIIIe siècle.

L’ethnologue Pascal Dibie, qui y a consacré en 1987 un livre savant et réjouissant, nous rappelle que ce besoin nouveau de s’isoler, de s’accorder le droit de baisser la garde, de lâcher prise, voire de laisser libre cours à ses émotions, est une liberté individuelle nouvelle, liée à l’avancée des idées au siècle des Lumières.

Une chambre à soi, comme l’écrira d’ailleurs Virginia Woolf cent cinquante ans plus tard, est la revendication la plus essentielle pour un être humain, en l’occurrence une femme, qui se construit et aspire à l’autonomie, qui veut pouvoir rêver, penser, écrire en paix.

En 2009, l’historienne Michelle Perrot se voyait couronnée par le Medicis essai pour son merveilleux livre Histoire de chambres paru au Seuil.

Succès populaire, ce récit très documenté, qui a déjà été réédité en poche, revient aujourd’hui en librairie sous la forme d’un beau livre enrichi par une iconographie superbe : reproductions de tableaux et photographies très bien choisies viennent illustrer le propos.

De la naissance à la mort, de la prière à l’érotisme, de l’ennui à l’écriture, du jeu à la souffrance, la chambre est bien le lieu de l’intime, de la structuration de la vie et de la personnalité.

Et l’irruption des images, phénomène qui se banalise à la télévision comme sur le net, dans ce qui devrait n’être qu’à nous raconte quelque chose de nos drôles de vie aujourd’hui.

Michelle Perrot est, ce soir, l’invitée del’Humeur Vagabonde

Le reportage de Laura Morris

En tentant d’examiner le signification des chambres à coucher dans notre vie moderne, je me suis retrouvée chez Ikea un dimanche matin, au coeur de la banlieue 94-Val de Marne.

Ce bâtiment bleu et jaune contient un espace gigantesque, divisé en plusieurs petites salles d'expositions.

Ces "chambres à coucher" sont des modèles servant à exposer les meubles arrangés dans un environnement réaliste… mais, ils nourrissent également l’imagination du consommateur.

Ces chambres sont idéales, très bien organisées: chaque centimètre carré est utilisé, l'espace optimisé...

Mais lorsqu’on regarde de près, les portes d’armoires cognent contre le mur, le lit superposé est trop proche du plafond...Ce n’est pas une réalité vivable.

Pourtant c'est un endroit idéal pour "rêver et explorer" la fonction intime d’une chambre...son lien avec les désirs et les besoins des gens.

Les archives de l'INA et les extraits sonores diffusés ce soir

Accroche

Pascal Dibie : Quand l’espace privé gagne du terrain, le lit « se stabilise » et de nouveaux comportements apparaissent chez les hommes et les femmes

Archive INA « Surpris par la nuit » 27.04.2006 France culture - Isabelle Rossignol

__

Alette Farge : Le lit au XVIIIème siècle__

Archive INA « Surpris par la nuit » 27.04.2006 - France culture -Isabelle Rossignol

__

Céleste Albaret : La chambre de Proust

Archive INA -1949

Geneviève Brisac : Écrire sur son lit pour se libérer de la table

Archive INA « Surpris par la nuit » 27.04.2006 - France culture -Isabelle Rossignol

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.