Un des plus beaux spectacles de l'an dernier, "Festen", va partir en tournée en France jusqu'en juin prochain. Il ne faut surtout pas rater cette adaptation magnifique du célèbre film de Thomas Vinterberg qui avait reçu en 1998, le Prix du Jury au Festival de Cannes

Photo promotionnelle de "Festen" mis en scène par Cyril Teste avec le collectif MCM
Photo promotionnelle de "Festen" mis en scène par Cyril Teste avec le collectif MCM

C’était en juin 1998, au Festival de Cannes. Jury et critiques, estomaqués, recevaient un direct à l’estomac avec un petit film d’auteur, signé d’un jeune réalisateur danois, jusque là inconnu du public français. Tourné avec peu de moyens, caméra à l’épaule, en son direct, sans décors fabriqués, Festen respectait les critères d’une charte cinématographique, le Dogme95, élaborée par Thomas Vinterberg, son auteur, avec son ami Lars Von Trier, en réaction aux superproductions hollywoodiennes. 

Ce retour à la vérité nue du cinéma s’alliait au sujet glaçant du film, une histoire d’abus sexuels au sein d’une grande famille réunie à l’occasion de l’anniversaire du patriarche. 

Dialogues au vitriol, décapage ironique du vernis bourgeois et de la morale puritaine derrière lesquels alcoolisme, violence, racisme, mépris de classe et viols se perpétuent grâce au silence de chacun. Festen reçut un Prix du Jury bien mérité. Et si, depuis, le Dogme a fait long feu, tous ceux qui ont vu ce film ne risquent pas de l’avoir oublié.

Un film adapté pour la scène

Cyril Teste a eu, l’an dernier, la formidable idée de monter ce Festen sur une scène de théâtre. L’usage de la vidéo, les improvisations, ce cinéma se faisant ici et maintenant et aussi la radicalité du propos, tout ici faisait déjà écho à son propre travail théâtral avec son collectif MxM. 

En 2015, au Montfort à Paris, nous avions pu voir Nobody, une plongée ironique et terrifiante dans le nouveau monde du travail : réunions incessantes et absurdes, surveillance de tous par tous, désintégration de la sphère du privé, humiliation publique des maillons faibles, chaque spectateur pouvait y retrouver, à peine soulignée, une part de sa propre expérience. 

L’originalité du théâtre de Cyril Teste repose sur la notion de « vision augmentée » : devant nous la scène se décompose, comme dans la vie vraie, en plusieurs lieux où se déroulent des actions. L’œil enregistre ainsi la totalité du récit, les images vidéo, tournée et mixées en direct, projetées sur un écran, mettent l’accent sur le hors champ. Ce dispositif intelligent s’accorde formidablement à l’action de Festen qui se déroule le temps d’une belle soirée d’été, dans une magnifique demeure où la famille vient fêter le patriarche abuseur et va devoir regarder en face ce qu’elle a toujours pris grand soin d’ignorer.

Toutes les dates de la tournée 2019  de "Festen" sont à retrouver ici

Références

Les archives INA :

Thomas Vinterberg  Hors champ 2012-France culture,

La programmation musicale :

Bjork : Violently Happy 

Retour sur la playlist du mois de décembre concoctée avec notre programmateur Djubaka :

Gertrude Ma Rainey : Daddy Goodbye Blues 

Tamino : Habibi

Miles Davis : Musique du film Ascenseur pour échafaud 

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.