Marcel Eynard est aujourd’hui un homme âgé, le dos abîmé par une vie rude de maçon, employé pendant des années sur les chantiers d’altitude en Savoie pour la construction des barrages et des centrales hydro électriques. Homme âgé, certes, mais pas cassé pour autant. Il se souvient de ces années 50, 60 et 70 où la solidarité entre ouvriers et la lutte syndicale payaient encore. Un temps où les ouvriers gagnaient leur vie et pouvaient profiter de leur retraite sans craindre les délocalisations ni les fermetures d’usine. Un temps où nul ne pensait assister un jour à la disparition des industries de l’acier dans la vallée de la Maurienne.

Gilles Perret, dont on n’a pas oublié le « Walter, retour en résistance » sorti en 2009, est savoyard et raconte, film après film, la saga trop ignorée de ces hommes durs à la tâche, paysans et ouvriers, qui ont, durant un siècle, bâti le socle de l’industrie française de l’acier en éventrant les montagnes. « De Mémoires d’ouvriers », ironiquement sous titrée « l’autre France d’en haut », sort aujourd’hui en salles. Le réalisateur y donne la parole aux ouvriers d’hier et d’aujourd’hui , puisant dans d’intéressantes archives filmées de l’après guerre, alors que la survie des dernières usines est sérieusement menacée. Gilles Perret, auteur du film, et Henri Morandini, ouvrier à l’usine de La Bâthie, autrefois Péchiney Ugine Kulhman, aujourd’hui Rio Tinto, sont, ce soir, les invités de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Julien Cernobori :

"La France qui se lève tôt pour aller sur les pistes de ski de Courchevel"

La programmation musicale :

- Dominique A, Rendez-nous la lumière

- Bruce Springsteen, We take care of our own

- Troublemakers, Get misunderstood

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.