[scald=8921:sdl_editor_representation]En 1933 lorsque les électeurs allemands portent Adolf Hitler au pouvoir, Viktor Klemperer est un professeur de littérature connu et respecté, spécialiste du XVIIIè français et il occupe la chaire de philologie à l'Université de Dresde. Considéré comme juif, bien que converti au protestantisme depuis 30 ans, il sera destitué en 1935 et, au fur et à mesure que les lois raciales entrent en vigueur, il se verra privé de tout ce qui lui permettait de vivre, dont ses livres et le droit d'enseigner. Mais marié à une aryenne, il évitera la déportation jusqu'en 1944. Et là ce sera le bombardement de Dresde qui lui évitera une mort programmée. De 1933 à 1945, Viktor Klemperer tiendra son journal dans lequel il étudiera avec finesse, humour et rigueur, ce qu'il appellera la LTI, Ligua Tercii Imperii, la langue du troisième Reich. Chaque jour il note les mots nouveaux qui apparaissent comme le détournement du sens de mots anciens, les euphémismes et les superlatifs qui fabriquent une langue nazie qui sera vite partagée par tous, bourreaux comme victimes. Stan Neumann a réalisé en 2004 un film passionnant à partir du livre que Klemperer a publié en 1946. Filmer des mots, pas facile a priori. Le résultat, exceptionnel, s'appelle "La langue ne ment pas" avec un texte dit par Denis Lavant, et Arte a eu l'excellente idée, en ces temps de campagne électorale où les mots sont des armes de guerre, de reprogrammer ce film le mercredi 31 janvier à 20h40. La langue ne ment pas, documentaire de Stan Naumann, diffusé mercredi 31 janvier sur Arte à 20h40. LTI, la langue du IIIè Reich, de Viktor Klemperer est dispoible en format poche chez Pocket.Montage malhonnête de Julien Cernobori : Passage en revue du champs lexical du discours d'intronisation des deux principaux candidats à la présidentielle.

programmation musicale

Jay Jay Johanson

She doesn't live here anymore ### Renaud

Les cinq sens

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.