Douglas Kennedy est ce soir l'invité de l'Humeur Vagabonde, pour "Cet instant-là", paru aux éditions Belfond le 6 octobre 2011 et ré-édité en poche le 3 janvier dernier.

Cet instant-là
Cet instant-là © Editions Pocket

Thomas Nesbitt, écrivain newyorkais d’une cinquantaine d’années, vient de s’installer à Wiscasset, dans le Maine, tombé littéralement amoureux d’une maison face à l’Atlantique. Il reçoit par la poste, le même jour, la demande de divorce de sa femme et le journal tenu jusqu’à sa mort par son premier amour, rencontrée à Berlin en 1984 . A l’époque, jeune journaliste désireux d’écrire sur l’ex-capitale du Reich toujours coupée en deux, il était parti travailler à Radio Free Europe, la radio de propagande américaine, repaire d’espions et de réfugiés venus de l’est. Parmi eux, Petra, avec qui il va connaître une passion aussi intense que brève. Soudain, le passé va refaire surface.

Paru en 2011 chez Belfond, « cet instant-là », le dernier roman de Douglas Kennedy, reparaît aujourd’hui en Pocket, où ont déjà été publiés onze de ses précédents livres . Dans celui-ci, l’histoire d’amour, bien que brûlante, ne semble être là que pour mieux dresser le portrait d’une ville double, fascinante et angoissante, grise et étouffante à l’Est, fébrile et en trompe l’œil à l’Ouest. On y retrouve l’atmosphère sombre et trouble des films noirs de l’après guerre qu’affectionne Douglas Kennedy. Et son héros, Thomas Nesbitt, lui ressemble comme le jeune écrivain en devenir qu’il fut dans ces années 1980.

Résumé du livre

Thomas Nesbitt, fraîchement divorcé, est un écrivain reconnu spécialisé dans les récits de voyages. Un jour, il reçoit un colis contenant un journal, qui le renvoie vingt-cinq ans en arrière et au souvenir d'une jeune femme avec qui il vécut une aventure passionnée.

Traduit de l'américain par Bernard Cohen.

Avec le reportage de Vinciane Haudebourg, dans l'exposition "Le Musée des Coeurs Brisés" au 104, jusqu'au 6 février 2013

Au sous-sol du 104 à Paris, dans une ambiance feutrée, sont exposées des reliques d’histoire d’amour interrompues. Le principe: présenter des objets symboles d’une rupture sentimentale . L’idée est née de la rupture de ses deux commissaires, en 2004. Deux amants croates, qui ont décidé de transformer leur séparation en forme artistique. Le projet est né à Zagreb et l’exposition tourne depuis lors dans le monde entier et s’enrichit d’objets que les gens déposent dans les pays traversés.

L’exposition est au final une sorte de temple, de cérémonie d'adieu. Et que ce soit une love story, une amourette ou une passion déchirante, les histoires exposées ne sont pas egocentriques, tout simplement intimes.

Les liens

Toutes les informations sur l'exposition "Le Musée des Coeurs Brisés"

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.