Maylis de Kerangal est ce soir l'invitée de l'Humeur Vagabonde en direct des Assises Internationales du Roman à Lyon, dont France Inter est partenaire.

Assises Internationales du Roman
Assises Internationales du Roman © Assises Internationales du Roman

« L’espace induit le récit. Le lieu conduit la narration. Il n’y a pas de psychologie. Tout est porté par les corps et les gestes ». Voilà ce que dit de son écriture l’auteur de ces quelques lignes. Et ça marche ! Cela pourrait être sec, artificiel, bêtement descriptif, et ça ne l’est pas. Cela s’appelle sans doute le talent. Et pourtant, lorsque le prix Medicis 2010 a été attribué à "Naissance d’un pont" - dont est tiré ce petit extrait -, les commentaires des critiques littéraires, bien qu’élogieux, avaient de quoi décourager le lecteur. Ecriture de la modernité, peinture de la mondialisation, western technique… Plus modestement je dirais : écriture sensuelle, peinture du monde, accord des voix. De vrais livres qui vous emportent.

En 2008 il y a eu "Corniche Kennedy ", publié aux éditions Verticales comme "Naissance d’un pont" deux ans plus tard. En 2012, à la suite d’un voyage d’écrivains dans le Transsibérien, c’est chez Gallimard qu’elle publie "Tangente vers l’est" , un petit roman ramassé et percutant qui est, certes, un récit de voyage, mais bien plus, comme une fugue musicale sur le thème de la fuite et de la rencontre. Demain jeudi à 10h, Maylis de Kerangal sera aux Subsistances pour évoquer avec des collégiens le travail littéraire qu’ils ont accompli ensemble durant toute une année. Mais ce soir, en direct depuis le Quai des arts, pour ces nouvelles Assises Internationales du Roman à la Villa Gillet, Maylis de Kerangal est l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Gladys Marivat

Desports n°1
Desports n°1 © Radio France

Je me suis toujours dit que les livres de Maylis de Kerangal feraient d'excellents reportages, si le reportage n'était pas toujours cantonné à un cadre. Heureusement, la nouvelle revue Desports explose à la fois le format journalistique et son registre, en proposant aux écrivains, proches ou éloignés des stades et des terrains, d'écrire sur le sport. Maylis de Kerangal y a écrit une rencontre à la fois poétique et charnelle sur trois des Braqueuses de l'équipe de France féminine de basket : Emmeline Ndongue, Nwal Endéné Miyem dite "Endy" et Céline Dumerc. Je les ai rencontrées, toutes les trois ainsi que Sandrine Gruda, hier, lors d'un entraînement intensif à Villeurbanne. Elles étaient grandes, puissantes, joyeuses malgré les blessures...Bref, tuantes.

Le n°2 de la revue Desports est en librairies depuis le 23 mai 2013

Evénement(s) lié(s)

Les 7èmes Assises Internationales du Roman 2013

Les liens

La revue Desports

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.