[scald=11869:sdl_editor_representation]« Les grandes forêts » au Théâtre des Bouffes du Nord les 8,9 et 10 octobre à 19H Les poètes sont-ils des fous ? Jean Cocteau a sans doute raison, mais son miroir avait tort de ne réfléchir que lui-même. Car notre image devrait également s’y refléter. Les poètes, et leurs mots, lorsqu’on y est sensible, nous mettent littéralement hors de nous. Nous emmènent ailleurs. Nous font voir, sentir, rêver, respirer, différemment et mieux que d’ordinaire. Offrant ainsi aux moins religieux une échappée intime vers le ciel. Ou les enfers , c’est selon. Avant même de s’appeler Mademoiselle Page, Geneviève aimait la poésie et les sports violents. Logiquement elle devint actrice, seul métier qui permet de pratiquer les deux en même temps. Avec Vilar et le TNP, et Claudel, Hugo, Racine chez les Renaud-Barrault, elle entra en scène, hier, côté cour. Côté jardin secret, elle nous offre, aujourd’hui, un florilège de ses textes favoris, seule en scène. Ce fut d’abord à l’Odéon en 1992, puis au Rond Point, ensuite à la Comédie des Champs Elysées. Et, comme le public en demandait encore, la revoici avec ses poètes de chevet dans la belle arène des Bouffes du Nord. Peu de temps, hélas :les 8, 9 et 10 octobre à 19H.Aurélie Charon : Rencontre avec Georges Wilson qui interprète le vieil acteur de la pièce de Thomas Bernhard : Simplement compliqué. Le vieil acteur qui dit : "Le mot capitulation jamais prononcé jamais renoncé Debout pour le combat". Simplement compliqué de Thomas Bernhard, mise en scène et interprétation par Georges Wilson, au Théâtre des Bouffes du Nord jusqu'au 24 octobre, dans le cadre du Festival "Hommage à l'âge".

programmation musicale

Cesaria Evora

Ligereza ### Julien Clerc

Les séparés ### liens

Théâtre des Bouffes du Nord

"Les grandes forêts" aux Bouffes du Nord

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.