[scald=10113:sdl_editor_representation]Le 17 mai 1985 les téléspectateurs qui, le vendredi soir, ne rateraient pour rien au monde le petit salon littéraire de Bernard Pivot, découvrent sur leur écran une délicieuse vieille dame, plutôt intimidée en dépit du nom qu'elle porte: c'est Scottie Fitzgerald, la fille du couple le plus glamour de la littérature des roaring twenties. Scottie, cette petite fille en robe de broderie anglaise blanche figée pour l'éternité sur la célebrissime photo de Scott et Zelda, l'encadrant et esquissant un pas de danse. Et que disait ce soir-là Scottie Fitzgerald que personne ne ovulut entendre ? Que, contrairement à la légende noire, Scott et Zelda s'aimèrent jusqu'à leur dernier souffle en dépit de la folie, de l'alcool et des amours de passage. Jacques Tournier qui fut le traducteur de Scott, a beaucoup parlé avec Scottie avant sa mort. Elle lui a confié les lettres, toutes les lettres que ses parents s'écrivirent de leur rencontre à la mort de Scott en 1940. Il leur rend justice, avec le plus délicat portrait jamais publié de "Zelda", tout juste paru chez Grasset. Jacques Tournier est ce soir l'invité de l'Humeur Vagabonde.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.