__

"Une belle saloperie"
"Une belle saloperie" © Baker street

Lemuel Gunn est un détective privé qui semble être né trop tard dans un monde trop violent. Beaucoup plus proche de Sam Spade et Philip Marlowe, les enquêteurs nonchalants et désabusés, créés par Dashiell Hammett et Raymond Chandler avant guerre, que des brutes névrosées qui jouent aujourd’hui les policiers. Ancien flic, viré de la CIA pour en avoir critiqué les méthodes en Afghanistan, Gunn est engagé par une ravissante créature pour, prétend-elle, retrouver un petit trafiquant de drogue qui a disparu dans la nature après qu’elle a payé sa caution. Sous le charme, Gunn accepte de partir à sa recherche, alors même qu’il sent les embrouilles s’accumuler autour de lui...

Connu pour être un spécialiste des questions d’espionnage durant la guerre froide, l’ancien journaliste Robert Littell a publié en 2003 l’un des meilleurs livres parus sur la CIA . Voici deux ans il était venu, ici même, nous parler de Kim Philby, agent soviétique au cœur du pouvoir britannique. Aujourd’hui c’est avec un vrai polar à l’américaine qu’il nous revient, intitulé « une belle saloperie » , traduit par Cécile Arnaud aux éditions Baker Street. Robert Littell semble s’être offert une sorte de récréation sous forme d’hommage affiché aux écrivains et aux réalisateurs américains qu’il aime. Son livre déborde de clins d’œil et de références, et c’est un plaisir supplémentaire de les relever.

Le reportage de Gladys Marivat: rencontre avec Dominique Manotti

"L'évasion"
"L'évasion" © Gallimard

D’elle, on a luLorraine Connection , c’était la guerre entre Alcatel et l’alliance Groupe Lagardère-Daewoo pour la reprise de Thomson, à la fin des années 1990. Mais aussi, Bien connu des services de police et L’Honorable Société , coécrit avec DOA… Agrégée d’Histoire Economique, Dominique Manotti a été enseignante en lycée en Seine Saint Denis. Longtemps aussi, elle a milité à la CFDT jusqu’à la fin des années 80 et a finalement choisi d’écrire des romans noirs, voire très noirs, pour comprendre le monde. Comme dans son dernier livre, L’Evasion , qui vient de paraître chez Gallimard. Le roman se déroule en 1987, entre Paris et Milan et cette fois-ci, elle se penche sur la fin des rêves politiques de l’extrême gauche italienne . Une histoire où il est question d’Histoire, de sa manipulation et du pouvoir de la fiction. On en a parlé chez elle, la semaine dernière.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.