pour son livre La Cache paru chez Stock, prix Fémina 2015 et Prix des Prix 2015.

Christophe Boltanski et La Cache
Christophe Boltanski et La Cache © Stock / Christophe Boltanski

La peur en héritage. Peur d’un monde forcément hostile, toujours menaçant, et qui ne tient jamais ses promesses. Peur de la séparation, des disparitions, de l’indifférence comme de la curiosité des autres.

Peur pour ceux qu’on aime, peur des regards et des jugements hâtifs, peur du coup de sonnette imprévu et des uniformes.

Peur de tout ce qui n’est pas le noyau familial, replié dans un logis forteresse, où règne une Mère-Grand de conte, campée sur deux béquilles et sans cesse flanquée de ses enfants, trois fils et une fille, et de son petit-fils, celui qui raconte, tous formant, jusqu’à sa disparition « un corps multiple disposé en étoile ».

Toutes les familles sont étranges, toutes ont leurs silences, leurs secrets, leurs douleurs.

Généralement ceux-ci sont enfouis sous la molle carapace de la normalité sociale.

Chez les Boltanski, c’était la norme qui était terrifiante.

Le livre le plus saisissant, le plus bouleversant, le plus drôle et le plus déchirant de la rentrée a été couronné par le Prix Fémina en novembre dernier; il est signéChristophe Boltanski, grand reporter àL’Obs , dont le talent littéraire éclate dans La Cache , paru chez Stock, récit de son enfance dans la demeure familiale de la rue de Grenelle à Paris.

Fils du sociologue et poète, Luc Boltanski, neveu de Christian, artiste plasticien mondialement connu, de Jean-Élie linguiste réputé, Christophe, qui a vécu chez ses grands-parents, par choix, dès ses 13 ans, y raconte l’incroyable saga familiale déjà esquissée par Christian dans un livre paru en 2008.

Le père de famille, Étienne, né de parents juifs venus d’Odessa, médecin, converti au catholicisme, ancien combattants de 14-18, mariée à Myriam, héritière d’une famille d’extrême-droite antisémite, atteinte par la polio très tôt et qui décidera en 1942 de divorcer de son époux bien-aimé pour lui sauver la vie en le cachant dans un minuscule recoin de la maison rue de Grenelle. A la Libération rien ne changera, les Boltanski ont rompu avec le monde extérieur.

Christophe Boltanski est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Les archives de l'INA et les extraits sonores

Luc et Christian Boltanski

Souvenirs de Désertines, la maison de Mayenne où ils passèrent leur enfance

ARCHIVE INA -ATELIER DE CREATION RADIOPHONIQUE. Série Le " Je " radiophonique : Désertines par Luc et Christian Boltanski 12/12/2004-France Culture

Christian Boltanski

Le climat général d’inquiétude dans lequel la famille vit après la guerre :le père ne sort jamais seul dans la rue, ils dorment tous ensemble, son refus d’aller à l’école

ARCHIVE INA - « L’Humeur vagabonde » 28.02.2008 -France Inter

Christian Boltanski

L'art lui a sauvé la vie

ARCHIVE INA - « L’Humeur vagabonde » 28.02.2008-France Inter

Christian Boltanski

Toute sa culture est orale, ses frère lui ont beaucoup "raconté"

ARCHIVE INA - « Affinités électives » Francesca Isidori 01/01/2004-France Culture

Georges Pérec

Elis Island, le lieu de l'absence de lieu

Extrait du film "Récits d'Ellis Island, histoires d'errance et d'espoir" de Georges Pérec et Robert Bober (1980)

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.