[scald=8923:sdl_editor_representation]La scène se passe dans un amphithéâtre : des étudiants écoutent sagement le professeur faire son cours. Nous sommes à Postdam dans les années 80 à l'école de la Stasi, la toute puissante police politique de la RDA. Un officier, en uniforme, explique aux jeunes recrues attentives comment faire craquer un suspect lors d'un interrogatoire poussé. Une bande magnétique sur laquelle on entend un homme gémir, supplier, pleurer puis dénoncer ses amis vient à l'appui de sa démonstration. L'innocent proteste, se contredit, est incohérent, conclut l'enseignant. Le coupable, lui, répète sans cesse la même histoire, puis pleure. C'est ainsi qu'on le détecte. C'est ainsi que débute le film "La vie des autres", premier long métrage du réalisateur allemand Florian Henckel Von Donnersmark, qui sort demain sur les écrans français. Un film déjà abondamment récompensé en Allemagne mais aussi dans les récents festivals à Locarno, Vancouver, Varsovie, Londres et Pessac. "La vie des autres" revient sur ce que fut l'emprise de la Stasi sur la vie de centaines de milliers d'allemands de l'Est qui n'avaient souvent rien à se reprocher mais qui représentaient des opposants potentiels ou des obstacles aux ambitions des apparatchiks communistes. Une immense entreprise de surveillance et d'oppression dont l'ouverture des archives, en 1991, a donné l'exacte envergure : 91 000 agents, soit 5,5 pour 1000 habitants, trois fois plus qu'en URSS, 175 000 collaborateurs consentants ou forcés, 4 millions de fiches et dossiers pour 16 millions d'habitants. "La vie des autres" sort ce mercedi 31 janvier en salle.Sophie Joubert a travaillé sur des archives d'émissions diffusées sur France Culture : des témoignages de victimes, d'anciens de la Stasi et de la personne en charge du département des archives ouvertes au public depuis 1991.

programmation musicale

Daby Toure

Setal ### Jean-Louis Aubert

On vit d'amour ### Gabriel Yared

BOF La vie des autres ### John Lennon

Imagine

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.