Le musée Fabre de Montpellier consacre à Vincent Bioulès une magnifique rétrospective à voir jusqu’au dimanche 6 octobre 2019.

Le peintre, Vincent Bioulès à Montpellier,  le 13 juin 2019.
Le peintre, Vincent Bioulès à Montpellier, le 13 juin 2019. © Maxppp / Guillaume Bonnefont/IP3 PRESS

Ce « personnage de roman » comme le décrit malicieusement son ami Bernard Vidal,a, en effet, toujours eu plus d’un tour dans son sac.  Peintre trompeur » dit de lui Philippe Dagen qui, lors d’une précédente exposition le qualifiait même de subversif, un qualificatif ressemblant fort à un compliment sous la plume de cet historien de l’art exigeant. 

Vincent Bioulès «  La nuit » 1979, huile sur toile, Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg, Photo Musées  de la Ville de Strasbourg
Vincent Bioulès « La nuit » 1979, huile sur toile, Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg, Photo Musées de la Ville de Strasbourg / ADAGP ,Paris, 2019

Vincent Bioulès, dont l’œuvre, vibrante, démontre l’absolue liberté, est un artiste enthousiasmant, à la fois cérébral et charnel, à qui le Musée Fabre à Montpellier, sa ville natale, consacre une magnifique rétrospective jusqu’au 6 octobre.

Après un apprentissage classique aux Beaux Arts de Montpellier, et l’immersion dans l’œuvre de ses peintres de prédilection, Matisse, Bonnard, Cézanne, Dufy, Bioulès fonde avec d’autres au début des années 70 le groupe d’abstraction radicale Support/Surface. Groupe qu’il quittera peu de temps après, ne trouvant pas dans cette abstraction pure et dure l’émotion, la poésie, la sensualité que lui procurent son regard sur la nature. 

Depuis il trace sa route en dehors de toute chapelle, à la fois figuratif et abstrait, maniant les couleurs avec une jeunesse et une fougue sauvage. D’ailleurs cette rétrospective s’intitule Chemins de traverse, ceux qu’il a toujours empruntés.

Vincent Bioulès , « Au retour des Aresquiers » , juillet 1967, huile sur carton toilé, collection de l’artiste, photo Pierre Schwartz
Vincent Bioulès , « Au retour des Aresquiers » , juillet 1967, huile sur carton toilé, collection de l’artiste, photo Pierre Schwartz / ADAGP ,Paris, 2019

Extrait de l'entretien avec Vincent Bioulès :

Lorsque je suis Je suis revenu à la figuration ,c'est après avoir vu à New York les grand tableaux de Matisse peints entre 1911 et 1916 , mes camarades y avaient vu le point de départ de l'abstraction, moi  j'y ai vu une sorte de marche pied pour revenir à la figuration , mais à une autre figuration avec un soucis de monumentalité et d'exaltation de la couleur très grand  

Lorsque je suis revenu à la figuration , on a dit de mes tableaux figuratifs qu'ils étaient néo- fascistes ... c’était dans l'air du temps ..c'est un climat qui a totalement disparu, tout y était simple au fond, puisque nous avons été heureux dans ce contexte, on savait comment il fallait penser , au fond ,nous avons pu faire une peinture de bien-pensant, et ça ,c'est quand même une chose que j'ai voulu éviter 

Il faut dessiner ce que l'on voit  pour le faire exister 

Vincent Bioulès  , » Céline » 1990- 1991  , huile sur toile, collection particulière photo Pierre Schwartz
Vincent Bioulès , » Céline » 1990- 1991 , huile sur toile, collection particulière photo Pierre Schwartz / ADAGP ,Paris, 2019

Les archives de l'INA

  • Bernard Vidal, son marchand et son ami :Vincent Bioules est un personnage de roman qui a plus d’un tour dans son sac et dont la peinture est plus complexe qu’il n’y parait .J’aime la sauvagerie de sa peinture 
  • PEINTURE FRAICHE. Jean Daive Le 20/01/1999
  • Henri Matisse:Lorsque je peins ou je  dessine, j’éprouve un besoin de communion intime avec l’objet qui m’inspire quel qu’il soit.
  • Je m’identifie à lui
  • Bruno Mathon, peintre, écrivain, critique d’art :Décrit une toile de l’époque Supports/ Surfaces  PEINTURE FRAICHE. Jean Daive Le 20/01/1999
  • Jean Hugo, peintre,arrière-petit-fils deVictor Hugo, grand ami de Vincent Bioulès  :La peinture ,c’est un combat  -entretien  Jérôme d' Astier, 13/08/1981
  • Marcelin PLEYNET : Son scepticisme sur la division entre abstraction et figuration. Souvenir du rejet des œuvres figuratives de Vincent Bioulès  à la galerie Daniel TEMPLON  Culture matin du 14 avril 1986
  • Samson  François :Debussy, le premier musicien en couleur , il est beaucoup plus moderne que les impressionnistes 
  • 21/09/1962  Robert  Siohan

L'Humeur vagabonde vous recommande également

La  première rétrospective consacrée à Pierre Buraglio qui fut proche de Vincent Bioulès à l'époque de Support/Surface , elle se tient au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole  jusqu'au 22 SEPTEMBRE 2019

La programmation musicale 

Ella Fitzgerald/Duke Ellington: In a sentimental mood   

Les invités
Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.