photo2
photo2 © Radio France

« A la recherche du temps pardu » d’après Marcel Catherine Samie Proust » deux films de 110 mn sur France2 mardi 1er et mercredi 2 février à 20H35.

Même ceux qui n’ont jamais ouvert le livre ont sûrement saisi de quoi il est question ici tant les indices sont parlants : se plaindre de l’ennui des mondanités avec une certaine Oriane, avoir une mère qui revient de Combray, se moquer du snobisme des gens du monde tout en rêvant d’en être, nous sommes à l’évidence à la recherche du temps perdu en compagnie du « cher petit ». Losey et Visconti y avaient renoncé, Volker Schlöndorff et Raul Ruiz l’ont partiellement tenté, sans convaincre vraiment, Chantal Akerman a transformé La Prisonnière en Captive, et on s’y perdait un peu. C’est aujourd’hui au tour de Nina Companeez de déclarer sa flamme à Marcel, et c’est plutôt réussi.

Demain mardi 1er et mercredi 2 février, à 20H35, ne ratez pas les deux films de 110 mn chacun qui seront diffusés sur France2. Pour une fois que la télévision publique se montre ambitieuse et ne mégote pas sur les moyens, il faut être nombreux à l’encourager. Et vous en serez immédiatement récompensés : des acteurs excellents, des décors et des costumes somptueux, un choix pertinent des scènes tournées, une allégresse contagieuse, une férocité et une drôlerie qui rapprochent le spectateur de ce monument de la littérature sans le vulgariser, font de cette Recherche télévisuelle une véritable réussite. Catherine Samie, qui y joue la grand-mère du Narrateur, et Nina Companeez, la réalisatrice sont, ce soir, les invitées de l’Humeur Vagabonde.

reportage

Vinciane Haudebourg Reportage à Illiers Combray dans la maison d’enfance de Marcel Proust. Illiers, c’est un village près de Chartres. Le petit Marcel, quand il avait 6 ans, y passait ses vacances chez sa tante Elizabeth Amiot. Il lui a inspiré le lieu fictif de Combray. Aussi, en 1971, pour le centenaire de la naissance de l’écrivain, le village a-t-il changé de nom et est devenu Illiers Combray, la seule commune française à avoir adopté un nom emprunté à la littérature. Derrière le portail, le monde de l’enfance et de l’évasion. Une maison aux façades orientales, souvenirs des voyages de l’oncle de Marcel. Dans le jardin, des graminées, des oiseaux même en hiver Et à l’intérieur,au grincement du parquet, c’est dans l’imaginaire de l’écrivain en devenir que Mireille Naturel et Amelie Marin, les amies de Proust, nous invitent à entrer.

Les liens

Site de la société des amis de Marcel Proust

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.