pour Polaroïds aux éditions Sabine Wespieser

Marie Richeux - Polaroïds
Marie Richeux - Polaroïds © Radio France

C’était en 1949, et c’est aujourd’hui que ces mots nous parlent, à cette heure du soir où la radio, « puissance cosmique », vient, chez vous, « insidieusement », vous offrir de voyager en pensée, en rêverie, par la seule magie du son, sans qu’aucun visage, aucune image ne fasse diversion. Merci à L’INA, mémoire précieuse entre toutes, et merci aux mânes de Gaston Bachelard pour avoir su nous offrir ainsi, 65 ans plus tard, le réconfort que nous autres, gens de radio, ne trouvons plus chez ceux qui nous président et nous directionnent. Et pourtant, que la radio nous paraît belle, encore, quand la boîte à images déverse son flot nauséabond de confessions intimes et de relooking extrême, de ricanements chroniqués et de débats hurleurs.

Parlons donc radio, écriture, et images, en ce dernier jour d’octobre, avec une voisine de palier, une belle enfant des ondes, une jolie voix que vous entendiez, hier, sur la radio d’à côté, à l’heure où blanchit la campagne, et que vous avez retrouvée, depuis un an, en approchant votre madeleine de la tasse de thé du goûter.

« Pas la peine de crier » ce soir, puisque Marie Richeux nous rend visite, brève infidélité à sa maison France Culture d’où elle nous parle chaque jour, depuis quatre ans. Ceux qui sont fidèles à ce rendez vous savent qu’à un moment la discussion reste en suspends et que vient se nicher alors une petite bulle d’images sonores, bref texte onirique, souvent étrange, parfois brutal, comme l’esquisse d’une scène que l’on apercevrait en jetant un coup d’œil par la vitre d’un train roulant au crépuscule et dont nous chercherions, ensuite, à trouver la signification. Une soixantaine de ces Polaroïds viennent d’être publiés chez Sabine Wespieser

et, Marie Richeux est, ce soir, l’invitée deL’Humeur Vagabonde

Reportage Judith Soussan : « Patria Obscura »

Affiche Patria Obscura@Stéphane Ragot
Affiche Patria Obscura@Stéphane Ragot © Radio France

Là où Marie Richeux explore ses images intérieures pour en faire de petits objets radiophoniques étranges, Stéphane Ragot , lui, s’emploie à « essorer » des images photographiques réelles, qu’il a prises et qui l’habitent : elles sont la trame d’un d’objet cinématographique singulier, ambitieux, un essai documentaire intitulé Patria Obscura .

Quatre cents photographies agencées, mises en tension les unes par rapport aux autres, pour une histoire/Histoire complexe, intime et nationale.

- Patria Obscura sortira en salles en 2014 (production : Les Films du jeudi - actuellement à la recherche d’un distributeur).

- Patria Lucida , un livre de photographies et textes de Stéphane Ragot, accompagné d’un texte de Pierre Bergounioux, est à paraître en 2014 aux éditions Le bord de l'eau.

- Le « bloc-notes » du film : www.patriaobscura.fr

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.