Les journalistes Jérôme Bermyn et Guillaume Auda consacrent un passionnant documentaire à l'histoire des travestis et à leurs représentations.

Une histoire des travestis et de leur représentation
Une histoire des travestis et de leur représentation © Getty / Betsie Van Der Meer Stone

Le nouvel opus de "Stupéfiant", la collection documentaire consacrée une fois par mois à l'histoire de l'art sur France 5. Demain, La folle histoire des travestis, signée Jérôme Bermyn et Guillaume Auda. Intervertir les attributs du masculin et du féminin, voilà qui interroge à chaque époque la norme. 

Extraits de l'émission

Sonia Devillers : "Voici donc des travestissements qui, au fond, ne posent pas beaucoup de questions. Ils sont là simplement pour activer les ressorts du comique ?"

Jérôme Bernard : "Ce sont des travestissements pour faire rire, ce sont des images des personnages chez les travestis qui nous ont aussi beaucoup marqué notamment au cinéma. Des personnages comme évidemment Zaza Napoli de "La cage aux folles" avec Michel Serrault qui est incroyable, Tootsie, Madame Doutfire, ce sont des choses qui sont rentrées dans notre psychée, qui, effectivement, n'ont pas une portée de genre, c'est plus des subterfuges de récit". 

Guillaume Auda : "Ce qu'on démontre un peu dans ce documentaire, c'est que finalement, au départ, quand on fait rire avec le travesti, on fait rire avec des attributs caricaturaux : une femme avec une poitrine opulente, avec beaucoup de rouge à lèvres, avec du maquillage qui coule au départ, ça sert un peu à ça le travesti, au burlesque". 

Sonia Devillers : C'est aussi une enquête sur l'histoire d'un tabou et de sa dépénalisation ?

Jérôme Bernard : "Zaza et La Cage aux folles est un marqueur historique culturel en France : il y a un début d'acceptation de l'homosexuel qui peut être caché sous le travesti, puisque c'est le cas, et c'est l'époque où l'OMS considère que 'le travestissement sociétal est une maladie mentale', la dépénalisation de l'homosexualité n'a pas encore eu lieu, on est 10 ans avant que cela n'advienne. Et il y a un petit déclic qui se produit à ce moment-là en France, qui va se propager dans le monde entier parce que La cage aux folles va être un carton aux Etats-Unis notamment"

Sonia Devillers : "On voit bien au moment de La cage aux folles que c'est un impensé de la société qui, d'un seul coup, explose à l'écran. Non seulement on s'autorise à le penser et c'est aussi une histoire des représentations et du rôle que peuvent jouer la télévision et le cinéma dans l'évolution des normes". 

La suite à écouter...

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.