Depuis des décennies, des religieuses de tous les continents sont abusées sexuellement par des prêtres prédateurs. Arte diffuse demain soir une enquête inédite et glaçante sur ce sujet méconnu ; Sonia Devillers reçoit deux de ses auteurs, Eric Quintin et Elizabeth Drévillon.

Canada, Allemagne, Bénin, Cameroun, France, Italie. Dans tous les pays des sœurs, des nonnes, des novices sont abusées sexuellement par des prêtres. Et ce, dans un silence assourdissant. L’enquête glaçante que diffusera Arte demain soir ne pointe pas des déviances isolées et masquées par l’Eglise, mais un système qui érige la domination masculine en dogme tout-puissant. 

Vous découvrirez des femmes ayant fait vœu de chasteté purement et simplement marchandisées dans les communautés du Tiers-monde, mais à Rome, également, dans l’enceinte du Saint-Siège où des religieuses sont les proies de leurs guides spirituels. 

Quel que soit leur âge et leur culture, toutes sont frappées par la honte tandis que leurs agresseurs jouissent d’une scandaleuse impunité.   

► Le documentaire Religieuses abusées, l'autre scandale le l'église est proposé sur Arte. Il sera diffusé demain soir à 20h50 ; il sera disponible ensuite jusqu'au 3 mai 2019 sur le site d'arte.

Extraits de l'entretien

Michèle-France :

Je prenais ça un peu comme un exercice de pénitence. 

La religieuse Michèle-France a été victime de deux frères, le père Marie-Dominique et le père Thomas. Eric Quintin raconte : "Michèle-France a mis très longtemps à parler. Elle ouvre ce documentaire parce qu'elle est très symbolique de toutes les femmes qui ont eu subi ces abus, dans sa transparence et dans la force de sa parole (les choses ont été tues pendant des années, c'est pour cela qu'elle dit les choses de manière qui peut paraître très crue, mais qui est l'extrême réalité de la violence qu'elle a subie).

Les faits ont eu lieu dans deux communautés, la communauté de l'Arche (sous la coupe du père Thomas) et la famille Saint Jean (sous la coupe du père Marie-Dominique). Elles ont été créées au moment où l'église était en perte de vitesse ; "c'est un peu la nouvelle évangélisation, le renouveau" porté par Jean-Paul II, explique Elizabeth Drévillon : "Nous sommes tous frères, tous sœurs, et on s'aime. C'est la mise en place d'un dogme terrible, de l'amour amitié, au nom de la spiritualité".

Elizabeth Drévillon : 

Les hommes sont considérés comme les représentants de Dieu sur Terre. Les religieuses ne peuvent que leur obéir, parce qu'elles sont les servantes de ces représentants. Le prêtre fait ce qu'il veut de la religieuse !

Eric Quintin : "Je crois que si cette église doit évoluer, il faut que les femmes prennent toute leur place pour ne plus simplement être objets au sein de cette église".

Une conférence épiscopale vient d'avoir lieu sur les violences sexuelles au sein de l'église… Est-ce que les choses changent avec le Pape François ? Pas vraiment, estime Elizabeth Drévillon : "François semble être un progressiste, dans ses propos, malheureusement les conservateurs ont beaucoup plus de poids que les progressistes au sein du Vatican et il est entouré par les conservateurs qui le musellent en permanence !"

  • Légende du visuel principal: Un nouveau scandale frappe l'église catholique © Getty / isitsharp
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.