Perquisition surprise à la rédaction de Mediapart, suite à la diffusion d'enregistrements d'Alexandre Benalla. Mediapart a refusé cette perquisition, dénonçant une atteinte au secret des sources.

Perquisition surprise à la rédaction de Mediapart, suite à la diffusion d'enregistrements d'Alexandre Benalla.
Perquisition surprise à la rédaction de Mediapart, suite à la diffusion d'enregistrements d'Alexandre Benalla. © AFP / Philippe LOPEZ

Hier à 11h10, à la rédaction du site d’information Mediapart à Paris dans le 11ème arrondissement, se présentent deux procureurs, accompagnés de trois policiers. Ils vont perquisitionner les locaux du média en ligne, dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet pour atteinte à la vie privée d’Alexandre Benalla, ex-homme de confiance du Président de la République. Mediapart a en effet diffusé un enregistrement dans lequel on entend le garde du corps se prévaloir de la confiance d’Emmanuel Macron après sa mise en examen cet été. 

Hier, Mediapart – c’est inédit – a refusé l’accès de ses bureaux aux procureurs, dénonçant une atteinte aux secrets des sources. Pour comprendre, le média a-t-il dans cette affaire la loi pour contre soi ?

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.